Agatha, Marc Orian, Histoires d’Or … Oui, mais connaissez-vous seulement le magasin Star’s ? Implantée depuis cinq ans dans le centre commercial de Bobigny, cette boutique ne cesse d’attirer une clientèle aussi diverse que variée : « On a des jeunes et des moins jeunes qui viennent parce que ce qu’on propose est à la mode et pas cher », affirme Mme Cohen, la gérante du magasin. Habitantes de Bobigny, nous avons pu remarquer que depuis son ouverture, Star’s a réussi à s’imposer dans le centre commercial sans sacrifier à la fameuse « tradition » des magasins de Bobigny 2 : la clé sous la porte ! « Ils viennent de partout ! », ajoute Mme Cohen. Et en effet, malgré la pluie, la boutique est comme à son habitude, bondée !

Fatiha et ses copines (entre 15 et 18 ans), des clientes, semblent ravies et nous confient qu’elles viennent du 94 spécialement pour Star’s. « On a connu cette boutique grâce au bouche-à-oreille. Des copines nous l’ont recommandée et pour les piercings, y’a pas photo, on préfère les acheter à 8 € plutôt que de les payer le triple dans d’autres magasins et en plus ici, on peut se faire percer. »

D’autres clients viennent non pas se faire percer, mais acheter un cadeau. C’est le cas de Dany, 63 ans : « J’habite au Blanc-Mesnil, je viens ici de temps en temps, pour le prix et le choix. Il m’arrive de faire des bonnes affaires en achetant des bijoux, du maquillage, enfin, tout ce qui est susceptible de plaire à une femme ici plutôt qu’ailleurs. » Jason, 20 ans, habite à Bobigny et fréquente cette boutique depuis sa création : « Je trouve qu’il y a beaucoup de choix, des bagues et un tas d’autre choses. »

Au plafond de la boutique pendent des foulards, des t-shirts et des strings, donnant à la déco un air d’abondance. « Plus c’est petit, mieux c’est », affirme la gérante. Linda, 16 ans, trouve le magasin « un peu fourre-tout, trop chargé, comme si tout était entassé. » Mais c’est un détail, d’autant « qu’on n’a pas le choix, on ne peut pas agrandir », dit Mme Cohen lorsque l’on évoque la taille de son « bébé ».

Non contente de son succès actuel, « la patronne » (pour citer ses collègues de travail) ne compte pas s’arrêter là. Elle entend ouvrir des boutiques dans d’autres centres commerciaux. Tenez-vous donc prêts, qu’on trouve ou non la marchandise à son goût, Star’s n’a pas fini de briller.

Ndembo Boueya et Zineb Mirad

Ndembo Boueya

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022