Ma grand-mère est d’origine algérienne. Elle ne sait pas exactement son âge. Quand elle est née, en Kabylie, on n’enregistrait pas automatiquement les enfants. Néanmoins, les papiers français faits à l’époque indiquent 84ans. Comme elle est illettrée, ma mère et mes tantes s’occupent de ses papiers administratifs. Grand-mère a vécu plus de temps en France que dans son pays d’origine, ça fait 62 ans qu’elle réside ici, elle n’est toujours pas naturalisée, mais ça c’est une autre histoire.

J’en reviens au fait qu’elle soit très âgée. Elle a du mal à rester debout et à se déplacer. Pour renouveler sa carte de séjour c’est une corvée. Il faut attendre des heures et des heures debout à la préfecture. Une formalité à répéter tous les 10 ans. Maman, pour éviter que grand-mère ne se déplace, est partie à la mairie afin de demander un dossier, car certaines communes comme celle de Bondy épaulent les seniors dans leurs démarches. Celle de Montreuil n’a jamais entendu parler de ce service. Ma mère a donc dû demander un certificat médical au docteur pour que ma mamie soit exempter d’effectuer le déplacement jusqu’à Bobigny et patienter des heures debout. Le médecin traitant a refusé. Comment faire ?

En fin de compte, une de mes tantes a payé une personne 20€ pour qu’elle fasse la queue à quatre heures du matin. Ensuite une autre de mes tantes habitant Neuilly-sur-Marne a pris une demi-journée de congé pour aller chercher ma grand-mère à Montreuil en voiture. Le trajet jusqu’à Bobigny nécessite de prendre un bus, une tâche difficile pour ma mamie. Dernière étape, ma mère s’est déplacée depuis Bondy pour rejoindre sa maman une fois le rendez-vous à la préfecture pris. Cette étape du périple a nécessité la mobilisation d’une bonne partie de la famille. Mais elle ne consiste qu’à récupérer le dossier pour renouveler sa carte séjour. Une fois celui-ci dûment rempli, grand-mère pourra espérer ne pas tomber dans la clandestinité.

Mamie a de la chance, elle est bien entourée. Je me demande comment font les personnes âgées isolées qui n’ont pas cette chance.

Farriel Namour

Articles liés

  • La première maison d’écologie populaire de France est à Bagnolet

    #BestOfBB Le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba et l'organisation Front de Mères inaugurent un lieu inédit à Bagnolet : Verdragon, la première maison d'écologie populaire de France. Situés dans le quartier populaire de la Noue, les locaux abriteront un projet d’écologie populaire, avec l’ambition d’un fort ancrage politique et citoyen accessible aux enfants et aux familles. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 30/07/2021
  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021