La neige a fondu, ouvrant un hiver sans couvre-feu. Les guirlandes lumineuses accrochées aux murs de l’impressionnante mairie (en photo) me souhaitent la bienvenue. L’accueil généreux de Mohammed Djeroudi, animateur et président du RC Blanqui est un cadeau du ciel. Toutefois, raconter Bondy au jour le jour, à fleur de peau, ne sera pas qu’une partie de plaisir. Ceux qui ont eu accès aux blogs ont tous une rectification à faire, un commentaire, une critique. Serge, Sabine et Roland n’ont laissé personne indifférent. C’est une bonne chose. Quant à ceux qui ignorent tout de l’initiative de l’Hebdo, ils se méfient des « journaleux », des « gratte-papier », des « fouille-merde », cette espèce qui les malmène depuis trop longtemps, bien avant les émeutes. Alors, pour vaincre les préjugés réciproques, je me repose sur la chance.

 

La chance d’être ici douze jours. Pas de stress, pas de course au sensationnel. Je ne compterai pas les voitures qui brûlent et ne prendrai pas de clichés de gosses cagoulés. Les images du langage plutôt que le langage des images. La chance d’être libre, sans direction rédactionnelle, sans formatage de style, sans limitation de signes, sans censure, sans consignes politiques. La chance d’être un Suisse à Bondy, en quelque sorte. Ne pas être un « Gaulois », comme certains appellent les Français d’origine. « Télé Sarkosy » leur a fait tant de mal. La chance de mes 27 ans. Pas envie d’avoir à faire avec des « fixeurs », des « bodyguards », des « ouvreurs » des portes, des monnayeurs de témoignages. La chance peut-être de n’être que stagiaire journaliste. Ce qui a le plus affecté le métier ces dernières semaines en banlieue, c’est son recrutement socio-professionnel, son statut, sa représentation, son manque d’emphase avec « l’osmose des rues ».

 

Il y a un livre sur le coin de ma table. « Histoire des gens de Bondy » de Jean Astruc, cinq cents pages écrites dans les années soixante-dix. Cela semble intéressant, mais j’espère laisser ce bouquin fermé durant tout mon séjour. Bondy se joue dans la rue.

Par Blaise Hofmann

Blaise Hofmann

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021