Au départ, il semble qu’un tractopelle ait heurté un tuyau principal de gaz selon Toufik Sourhou, ouvrier dans un bâtiment, qui a assisté au drame. Ce dernier se trouvait juste en face de la brasserie du Centre vers 13h50. Ce lieu est un endroit dynamique du centre ville. De nombreuses personnes de la mairie y avaient l’habitude de déjeuner. Eduardo Rihan Cypel, chef de cabinet du maire de Bondy devait ainsi partir à la préfecture quand il a apprit par une collègue en larme l’accident : «  il y a eu une explosion, des gens sont blessés ». 

Selon Jean Claude Gallet, Colonel des pompiers et chef de l’opération : « Il y avait un risque important aujourd’hui, on a frôlé l’explosion pendant une heure. On a dû aussi se glisser derrière la torchère (flamme soufflante de plusieurs mètres provenant de la conduite de gaz) pour tenter d’évacuer d’éventuels blessés. Cela a vraiment été une opération difficile ». C’est vers 16h30 que l’incendie a pu être maîtrisé. Le bilan officiel annoncé par le préfet lors de la conférence de presse est de 1 mort, 46 blessés, dont 10 graves (pour au moins 3 d’entre eux le pronostic vital est engagé). Certains ont été conduits dans les hôpitaux parisiens de Cochin et de Saint-Antoine et à l’hôpital militaire de Percy à Clamart, spécialisé dans le traitement des grands brûlés. Les victimes souffrent de blessures par effet de souffle et de brûlures profondes au visage et aux mains. 

Michèle-Alliot Marie, ministre de l’Intérieur, puis François Fillon premier ministre, sont venus à Bondy et ont constaté l’ampleur du sinistre. Ce dernier a tenu a affirmé que  » tout sera mis en oeuvre pour que les conséquences matérielles, au moins, de cet accident, soient effacées le plus vite possible ». En attendant selon Gilbert Roger, trois familles ont été relogées en urgence car l’immeuble qu’elles habitaient, risquait de s’écrouler. 

Si l’identité de la victime n’est pas connue officiellement. Différentes sources, permettent de dire qu’il s’agit d’une femme qui a été retrouvée dans le sous-sol du restaurant. Le sexe de la victime, la localisation du corps font penser qu’il pourrait s’agir d’une personne travaillant pour ce restaurant. Une autre personne aurait également été transportée dans un état critique au service des grands brûlés de Lille. 

En fin d’après-midi, un point presse s’est tenu en mairie. Le préfet de la Seine-St-Denis, le maire de Bondy et le colonel des pompiers ont répondu aux questions des journalistes : bondy.mp3

Un numéro pour les proches des victimes a été mis en place par la préfecture de Seine-Saint-Denis : 01 41 60 63 53 ou 01 41 60 63 59 

Axel Ardes, Chou Sin

A suivre, un reportage à l’hôpital Jean Verdier de Bondy.

Chou Sin

Articles liés

  • Au Parc des Princes, mouiller le maillot pour lutter contre les violences intrafamiliales

    Pour la journée des droits de l’enfant, 250 jeunes pris en charge par l'ASE ont foulé la pelouse du Parc des Princes. Au menu de la 2nd édition du Tournoi de l’Enfance : du foot, de la musique et des invités de marque. L'objectif était de sensibiliser à la cause des violences intrafamiliales et de rendre heureux les enfants concernés. Reportage. 

    Par Ayoub Simour
    Le 24/11/2022
  • 7 ans après la mort de Othmane, la famille va manifester devant le siège d’Otis

    Une nouvelle fois, l’ascensoriste se pourvoit en cassation. Depuis la mort de Othmane, sa famille se retrouve dans une bataille judiciaire sans fin. Bloqué dans un ascenseur, l’enfant de 7 ans est mort asphyxié. Sa famille poursuit le bailleur et la société Otis en justice. Mais l’ascensoriste rejette toute responsabilité et pointe « l’imprudence des parents ». Une manifestation se tiendra, le 24 novembre, devant le siège d’Otis.

    Par Céline Beaury
    Le 23/11/2022
  • À Bobigny, la justice des mineurs dans « une situation intenable »

    Le tribunal pour enfants de Bobigny tire la sonnette d’alarme. Les greffières se retrouvent régulièrement en sous-effectif, une situation qui entraîne l’annulation d’audiences pour un public pourtant très vulnérable. Le 22 novembre, les syndicats dénonçaient « une justice toujours plus dégradée au tribunal de Bobigny ».

    Par Marie Koyouo, Héléna Berkaoui
    Le 23/11/2022