Le braquage du supermarché Lidl, hier matin à Sevran, en Seine-Saint-Denis, s’ajoute à une longue liste d’infractions du même type, en hausse spectaculaire. Entre le printemps 2007 et le printemps 2008, « le nombre de vols à main armée (armes à feu seulement) est passé de 5500 à 6700 », indique le commandant Christophe Gesset, membre du syndicat de police Synergies Officiers, qui cite des statistiques de l’Observatoire national de la délinquance. Durant la même période, les braquages de commerces dits de proximité, commis avec des armes à feu ou des armes blanches, ont enregistré un bon de « 40% », ajoute, de mémoire, le policier.

L’un des aspects marquants de cette réalité est l’âge des malfaiteurs. « De plus en plus de personnes interpellées sont mineures. Certaines ont entre 10 et 13 ans, d’autres entre 15 et 18 ans, explique Christophe Gesset. Auparavant, le passage à l’acte du vol à main armée était le CAP des voyous. Il y avait une sorte de montée en puissance et en grade de l’apprenti délinquant. Aujourd’hui, cela se produit beaucoup plus tôt. On passe directement du trafic de shit au braquage de magasins. C’est devenu le secteur d’activité des losers. »

Les auteurs de ces faits, dont les victimes sont souvent des épiciers de quartiers, n’empochent pas de gros sommes, quelques centaines d’euros, quelques milliers « au mieux ». « Contrairement au mythe du jeune qui vole pour venir en aide à sa famille pauvre, l’argent ainsi soustrait est dépensé vite fait en Nike et autres soirées festives dans des lieux parisiens peu accessibles à des bourses modestes », souligne l’officier de police.

Dans certains cas, les victimes connaissent leurs agresseurs et ne les dénoncent pas systématiquement aux forces de l’ordre. « Elles hésitent à le faire par crainte de représailles, parce qu’elles connaissent les grands frères, petits frères ou petites sœurs des auteurs de ces vols, précise Christophe Gesset. Mais il arrive aussi qu’elles ne les dénoncent pas pour ne pas porter préjudice à l’auteur de l’effraction, qui peut être le petit dernier d’une famille. »

Ces attaques à main armée, en augmentation, pourraient laisser croire que de « véritables cargaisons d’armes » se promènent en France, selon les termes du policier. Il n’en est rien, affirme-t-il : « La législation française en ce domaine est l’une des plus sévère du monde. Des braqueurs utilisent parfois des armes factices, les imitations semblant aussi vraies que nature. » Mais vraies ou fausses, ceux qui s’en servent pour commettre des vols encourent les mêmes peines. Et lorsque cela s’accompagne d’une prise d’otage(s), la punition peut aller jusqu’à la perpétuité.

Antoine Menusier

Articles liés

  • La première maison d’écologie populaire de France est à Bagnolet

    #BestOfBB Le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba et l'organisation Front de Mères inaugurent un lieu inédit à Bagnolet : Verdragon, la première maison d'écologie populaire de France. Situés dans le quartier populaire de la Noue, les locaux abriteront un projet d’écologie populaire, avec l’ambition d’un fort ancrage politique et citoyen accessible aux enfants et aux familles. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 30/07/2021
  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021