La rédaction du Bondy Blog est bouleversée par l’attentat perpétré au siège du journal Charlie Hebdo. Cet acte barbare porte atteinte aux valeurs de la république. Dans ces moments tragiques, la rédaction s’associe à la douleur des familles des victimes. Par ailleurs, le Bondy Blog s’associera à toutes les organisations qui prônent des mobilisations citoyennes en faveur de la défense des valeurs humanistes et de cohésion sociale.

Nous avions publié cet article en mai dernier et le reportage vidéo en juin 2014. 10 journalistes caricaturistes et 2 policiers sont morts ce matin au siège de Charlie Hebdo. 

Ils s’appellent Wang Bo, Angel Boligán, Baha Boukhari, Jeff Danziger, Damien Glez, Nadia Khiari, Michel Kichka, Menouar Marbtène, Jean Plantureux, Rayma Suprani, Mikhail Zlatkovsky et Lassane Zohoré. Ils vivent en Chine, au Mexique,  en Palestine, aux États-Unis, au Burkina Faso, en Tunisie, en Israël, en Algérie, en France, au Vénézuela, en Russie et en Côte d’Ivoire.

Leurs coups de crayon signés Pi San, Boligán, Boukhari, Danziger, Glez, Willis From Tunis, Michka, Slim, Rayma, Plantu, Zlatkovsky et Zohoré les ont rendu célèbres de part le monde. Tout en les mettant parfois – souvent – en danger. Ils sont les douze fantassins de la démocratie que Stéphanie Valloatto, produite par Radu Mihailanu et Cyrille Blanc, a mis en scène dans son documentaire Caricaturistes, fantassins de la démocratie, en salle mercredi.

Après avoir monté les marches du Festival de Cannes 2014 à l’occasion d’une Séance Spéciale, les douze fantassins se sont réunis vendredi dernier place de la République à Paris face à un parterre de spectateurs solidaires malgré la pluie. mardi soir, à l’UGC Ciné-Cité Les Halles de Paris, la grande salle était comble pour l’avant-première. Et aujourd’hui à travers la France, ils l’espèrent, les salles seront remplies.

Car ce qu’il faut aller chercher dans Caricaturistes, fantassins de la démocratie ce n’est ni un cours de dessin ni une analyse du journalisme mais bel et bien le pouls de la démocratie dans les douze pays où évoluent ces caricaturistes. Douze pays qui ont connu des coups d’Etat, des élections – parfois « sur »-démocratiques – des grèves, des manifestations et des guerres civiles.

Douze pays dans lesquels des hommes et des femmes, par leurs dessins, croquent l’actualité avec humour et courage pour dénoncer des situations qui les révoltent. Hugo Chavez au Venezuela, les narco-trafiquants mexicains, l’avènement des « barbus » en Algérie, la guerre en Irak, le conflit israélo-palestinien, la guerre civile ivoirienne, la politique burkinabè, la révolution tunisienne, le régime de Vladimir Poutine, la censure chinoise, les gouvernements français…

« La première langue qu’on parle, ce n’est ni l’arabe, ni le français mais le dessin » explique Plantu lors d’une masterclass en Tunisie. Lui est d’ailleurs régulièrement traité d’anti-chrétien, anti-musulman ou antisémite selon ses caricatures publiées par Le Monde. C’est pourtant par le biais de son réseau Cartooning For Peace qu’est né ce projet de documentaire.

Tourné durant quatre mois et demi à travers le monde, agrémenté d’images d’archives, de témoignages et de rencontres avec d’autres caricaturistes tels que le syrien Ali Farzat tabassé par le régime de Bachir Al-Assad, le danois Kurt Westergaard (auteur de la caricature de Mahomet) reclus à son domicile et l’artiste chinois Ai Weiwei emprisonné pour ses œuvres subversives, ce documentaire dresse un état des lieux implacable sur la liberté d’expression à travers le monde.

« Dans nos sociétés démocratiques, le grand danger, c’est la peur », souligne Plantu. Qu’on se le dise. Au-delà d’un cours d’histoire, Caricaturistes, fantassins de la démocratie nous ouvre les yeux sur la géopolitique contemporaine du monde. Et nous invite à nous interroger sur notre passivité ou sur la manière grâce à laquelle chacun de ces douze fantassins s’efforce de se révolter.

Claire Diao

Et un reportage diffusé lors du Bondy Blog Café en juin 2014

httpv://youtu.be/4uCuCin-fW8

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021