emptyLes anti-mariage pour tous sont-ils en train de gagner la guerre de la communication face à ceux qui sont en faveur du projet de loi qui sera présenté fin janvier à l’Assemblée nationale ? C’est la question posée à des manifestants dimanche 16 janvier entre la Bastille et la place Saint-Michel à Paris où près de 100000 personnes selon les estimations ont battu le pavé pour scander « Oui oui oui » et réclamer l’égalité des droits.

Maxime, 32 ans, créatif dans le milieu de la presse et de la mode, qui arbore fièrement « La haine n’est pas une valeur familiale » sur une pancarte jaune dénichée et téléchargée via internet se réjouit. « Je suis agréablement surpris. Il y a du monde ! Et ça fait plaisir de voir autant de familles. Je ne pense pas que « antis » sont en train de gagner la guerre de la communication même s’ils crient plus fort que nous, c’est vrai. Ce qui est sûr, c’est que le 13 janvier, ils vont avoir une très forte visibilité mais j’espère que les médias vont rendre compte de la politisation de cette manifestation et relever la récupération des défilés par l’UMP… »

Maxime demeure serein. « La loi sur le mariage va passer. Il n’y a pas de raisons. L’opinion y est majoritairement favorable. Pour la PMA (Procréation Médicale Assistée), ce n’est pas certain… ». Le jeune parisien entend les réticences : « Je suis pour l’autoriser mais je comprends qu’on puisse avoir des réserves sur ce débat car ça pose la question de l’accès aux origines pour les enfants mais ce problème concerne autant les couples hétéros qui veulent y avoir recours que les couples homosexuels».

Une autre pancarte plus artisanale véhicule un message comme une évidence : « L’Espagne a légalisé le mariage homosexuel en 2005. Le pays existe toujours. Ils ont même gagné au foot ! ». Pauline, étudiante de 21 ans, venue d’Antony (92) avec sa mère Christine et un couple d’amis parisiens sexagénaires manifestent dans la joie. Comme Maxime, le groupe est optimiste. Madeleine, lunettes colorées répondant à une écharpe très « rainbow flag » est la plus en verve. « Mais pour gagner la guerre, il faut des arguments intelligents ! Or les « antis » nous resservent toutes les vieilles lunes entendues pendant les manifs contre le PACS… C’est un combat d’arrière garde qu’ils mènent ! Regardez ce cortège, la jeunesse est ici…».

La bande reconnait néanmoins que la mobilisation des opposants au mariage pour tous a été réussie. « Il faut dire que si les élus pour qui ont a voté faisaient leur boulot, on ne serait pas obligé de manifester ! Ils sont au gouvernement, ils tiennent tout : l’Assemblée, le Sénat, les Régions etc. mais laissent les opposants occuper et gagner du terrain ! On espère ne plus à avoir à descendre dans la rue pour ça en 2013. Il y a tellement d’autres combats à mener… » déplore Christine, enseignante à l’Université. Alors s’ils marchent ce dimanche, ce n’est pas juste pour contrecarrer les autres. « Ce n’est pas qu’une manif d’homos ! Nous sommes hétérosexuels mais la loi du mariage pour tous, c’est avant tout pour respecter le mot inscrit sur tous les frontons de nos mairies : Égalité ! » concluent presque en cœur ces 4 mousquetaires du « mariage gay ».

Observateur et posté sur un trottoir, le comédien, chroniqueur sur France Inter et humoriste David Azencot, prend des photos avec son portable, toujours en quête d’inspiration pour de futures vannes. Lui pense en effet que « les antis » sont en train de marquer beaucoup de points dans cette guerre des nerfs notamment grâce à leur argumentation axée sur les enfants. « Les socialistes n’ont pas fait un gros boulot de communication jusqu’à présent. Ils devaient penser que ça allait passer tout seul. Or je n’ai pas l’impression qu’il y ait autant de monde que ça aujourd’hui. Je trouve le cortège un peu clairsemé…». Hétéro sans enfant, David juge néanmoins important de participer à ce rassemblement et a été surpris par la violence notamment physique qui a émaillé la dernière grande manifestation des « antis ». « D’ailleurs dans mon spectacle Fils de pub, j’ai rajouté pas mal de blagues sur le mariage pour tous car j’ai trouvé qu’il était utile d’en reparler… ».« La majorité des gays a bien été élevés par des hétéros… Et puis les enfants sont déjà suffisamment cons. Être élevés par des homos mariés, ça ne va pas les rendre plus cons » philosophe-t-il.

Plaisanter comme David pour dédramatiser les crispations autour de ce projet de loi ou manifester et rassembler ses forces en ordre de bataille, ce weekend-end, les pro-mariage pour tous ont fait entendre leur voix. Rendez-vous le 13 janvier pour écouter l’écho que leur renverra leurs opposants, loin encore d’avoir perdu la guerre de la communication comme celle de la mobilisation.

Sandrine Dionys

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xvzs1g_manifestation-pour-le-mariage-pour-tous-du-16-decembre-2012-a-paris_news[/dailymotion]

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022