Samedi dernier, à la sortie d’un bar d’Oullins dans la banlieue lyonnaise, Chaib et son cousin Nabyl venaient de suivre le match de l’équipe de football de Lyon quand ils ont été la cible d’un tireur. Trois hommes qui avaient passé l’après midi dans ce même bar à boire du « whisky pur » selon un témoin les ont suivis dans la rue. L’un d’entre eux était armé et après une altercation a ouvert le feu après avoir crié « barrez vous enculés d’arabes ».

Chaib, un cariste de 42 ans, père de 3 enfants a pris une balle en pleine tête et est rapidement mort de ses blessures, Nabyl, a pris une balle dans le bras (libération du lundi 6 mars). Les trois agresseurs se sont ensuite enfuis dans la rue et ont vite été  rattrapés par la police qui a du attendre qu’ils «désaoulent » avant de les interroger. Toujours selon Libération, une source proche de l’enquête affirme que «pour l’instant rien ne prouve le crime raciste».

Dans un contexte tendu, ce crime qui pourtant semble être un vrai crime raciste est passé rapidement dans les différents médias, puis il est vite reparti, à petits pas, pour se faire oublier, sans faire de bruit…(chut !)

Par Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021