Dans le 17e arrondissement de Paris, le quartier de Clichy est en pleine transformation. Des bâtiments peu ordinaires sortent de terre. La construction d’Utopia serait-elle en route ?

Grues, marteaux piqueurs, camions… Le quartier de « Clichy-Batignolles » se refait une beauté. En tout, ce sont plus de 400 000 m2 de terrain qui sont en cours de restructuration. Cet îlot coincé entre la porte la Porte de Clichy, la Porte d’Asnières et la gare Pont Cardinet, a pour ambition de devenir un éco-quartier modèle à Paris. Objectif prévu : 20% d’économie d’énergie au-dessus de la norme actuelle pour ce nouvel ensemble.

Pour ce faire, la plupart des toitures sont dotées de panneaux photovoltaïques. Déjà, la résidence universitaire qui accueille 150 étudiants affiche sa consommation d’énergie assurée par le solaire. D’autres toits et les murs ne pouvant pas accueillir ces installations, sont végétalisés. Un avantage, car cela permet la récupération d’une partie des eaux de pluie et évite leur rejet massif dans les égouts. Matériaux de constructions, isolants, géothermie, puits canadiens, tout est pensé pour économiser l’énergie et rendre « durable » ce quartier. Plus largement, c’est l’architecture globale qui est pensée comme tel pour maximiser l’espace et créer des lieux de vie agréable.

« Utiliser les espaces disponibles dans un sens vertueux »

Les bâtiments sont conçus afin d’avoir notamment une vision large et dégagée où que l’on soit dans le quartier. Les architectes et urbanistes qui ont travaillé en commun afin d’avoir un ensemble relativement cohérent ont prévu de nombreux espaces extérieurs pour les habitants, notamment des terrasses et des pelouses sur les toits. Il fallait « utiliser les espaces disponibles dans un sens vertueux », explique la société publique locale d’aménagement, « Paris Batignolles Aménagement » en charge de ce dossier.

Le point central de ce futur éco-quartier est évidemment le parc Martin Luther King. Avec ses 10 hectares conçus pour favoriser la biodiversité, il est accessible depuis les différents quartiers grâce à ses quatorze entrées. « A la rotule entre des quartiers sociologiquement contrastés », selon Paris Batignolles Aménagement,  le réaménagement global de cette zone devrait permettre d’effacer la rupture entre les quartiers créée notamment selon elle par le périphérique.

Ce projet lancé sous la première mandature de Bertrand Delanoë a vu ses objectifs évoluer au fil des années. D’abord, prévu notamment pour développer le logement dans cette zone, il est devenu le futur village olympique lors de la candidature de Paris pour les JO de 2012. Aujourd’hui, ce futur éco-quartier se veut avant-gardiste et novateur.

3 400 nouveaux logements

Sur beaucoup d’aspects, c’est en effet le cas. Ce projet qui sort de terre propose des installations peu utilisées en France. Dans les bâtiments déjà en fonction, on trouve par exemple la collecte pneumatique automatique des déchets par les sous-sols. Un système venu des pays du Nord de l’Europe, inventé par la Suède, qui présente de nombreux avantages. Il évite notamment le désagrément du ramassage des ordures par containers ou au porte-à-porte et la pollution des véhicules qui y est liée.

Globalement, c’est d’un quartier équilibré qu’a rêvé la municipalité, alliant urbain et rural. Ces nouveaux bâtiment accueillent ou accueilleront école, crèche, résidence universitaire, logements sociaux et privés ainsi que des bureaux et des boutiques. Un espace qui devrait être particulièrement dynamique avec la construction du futur Palais de Justice et de la direction régionale de la police judiciaire. Le tout est déjà desservie par la ligne 13 et le RER C. Un prolongement de la 14 est prévu pour désengorger la 13.

Aujourd’hui, un quart du projet environ est sorti de terre pour un total inconnu la société publique locale d’aménagement ne souhaitant pas communiquer à ce sujet. L’innovation  a un prix… En tout, ce sont 3 400 nouveaux logements qui doivent voir le jour d’ici à 2018. Un chiffre qui ne devrait tout de même pas permettre d’atteindre les 20% de logements sociaux – engagement pris par la mairie de Paris pour l’ensemble de son territoire communal d’ici 2014- dans le 17e arrondissement.

Charlotte Cosset

Articles liés

  • La première maison d’écologie populaire de France est à Bagnolet

    #BestOfBB Le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba et l'organisation Front de Mères inaugurent un lieu inédit à Bagnolet : Verdragon, la première maison d'écologie populaire de France. Situés dans le quartier populaire de la Noue, les locaux abriteront un projet d’écologie populaire, avec l’ambition d’un fort ancrage politique et citoyen accessible aux enfants et aux familles. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 30/07/2021
  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021