Je suis frappé de voir à quel point, dans les cités, les gens qui ont du travail sont en majorité employés par la Municipalité ou des services paraétatiques. Je n’ai pas de chiffres, ce n’est qu’une impression, mais basée sur deux semaines de rencontres multiples.

De même, plusieurs témoignages pointent une forme de clientélisme politique. Cela peut jouer un rôle, me dit-on, dans l’attribution des appartements ou l’obtention d’un poste de travail. Comme me l’a dit un interlocuteur: « Moi, je n’étais jamais pris, mais je voyais des gens tourner autour du maire et être pris. » Certains m’ont raconté comment ils ont fait pour « être pris ». A vrai dire, il n’y a rien de scandaleux: ils avaient droit à leur appartement ou étaient compétents pour leur emploi. Mais bon… tourner « autour de la mairie » peut représenter un plus.

C’est peut-être très naïf de faire cette remarque, car on pourrait probablement faire la même remarque dans la majorité des communes. Mais j’ai toujours été naïf.

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Derrière la hausse des prix, quelle réalité pour les habitants des quartiers ?

    Derrière les chiffres de l'inflation, des hausses de prix toujours plus inquiétantes, quelles sont les personnes qui en souffrent ? Familles nombreuses, jeunes travailleurs et associations de quartiers sont particulièrement pénalisés par un carburant et une alimentation toujours plus coûteux.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 24/06/2022
  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022
  • Chlordécone : le combat des Ultramarins continue

    Motivés par un besoin de réparation et de justice, des collectifs et associations ultramarins se battent pour la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français dans l’affaire du chlordécone. C’est le cas de l’association antillaise VIVRE qui en 2019, appuyée par d’autres collectifs, a choisi de mener une action collective. La décision du tribunal administratif sera rendue d'ici la fin du mois de juin.

    Par Clémence Schilder
    Le 14/06/2022