Je suis frappé de voir à quel point, dans les cités, les gens qui ont du travail sont en majorité employés par la Municipalité ou des services paraétatiques. Je n’ai pas de chiffres, ce n’est qu’une impression, mais basée sur deux semaines de rencontres multiples.

De même, plusieurs témoignages pointent une forme de clientélisme politique. Cela peut jouer un rôle, me dit-on, dans l’attribution des appartements ou l’obtention d’un poste de travail. Comme me l’a dit un interlocuteur: « Moi, je n’étais jamais pris, mais je voyais des gens tourner autour du maire et être pris. » Certains m’ont raconté comment ils ont fait pour « être pris ». A vrai dire, il n’y a rien de scandaleux: ils avaient droit à leur appartement ou étaient compétents pour leur emploi. Mais bon… tourner « autour de la mairie » peut représenter un plus.

C’est peut-être très naïf de faire cette remarque, car on pourrait probablement faire la même remarque dans la majorité des communes. Mais j’ai toujours été naïf.

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Le front politique des enseignants se prépare-t-il ?

    Comment va se traduire la colère des professeurs dans les urnes ? Alors que les professeurs semblaient être nombreux à adhérer au projet Macron en 2017, la colère contre le ministre de l'Éducation Nationale et ses protocoles sanitaires, laisse présumer une désaffection pour le prochain scrutin. Prise de pouls lors de la manifestation du 27 janvier.

    Par Olorin Maquindus
    Le 28/01/2022
  • Qui sont les femmes derrière les “salons de beauté indiens” ?

    Les salons de "beauté indiens" fleurissent dans les quartiers depuis de nombreuses années. Mais derrière les portes de ces instituts, se cachent des modèles de féminisme et d'entrepreneuriat issu de la diaspora pakistanaise, indienne ou népalaise. Amina Lahmar a franchi le pas de plusieurs établissements pour écouter une autre histoire de l'immigration en France. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 26/01/2022
  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022