« Venez Madame, nous aussi on voudrait vous parler ». Le jeune homme qui m’interpelle ainsi se surnomme Babibell. Il discute avec trois ou quatre hommes dans une petite pièce vitrée, à l’entrée de la maison de quartier Daniel Balavoine. « C’est le coin des pleurnicheries et des commérages. Le seul coin où les jeunes peuvent se réunir. Partout ailleurs, dans les cages d’escaliers par exemple, cela nuit », m’explique Mohamed, animateur de jeunesse, l’Algérien qui l’autre jour me confiait refuser la nationalité française.

Bizarrement, en cinq jours, je n’y ai jamais vu de femmes. « Quel âge avez-vous Babibell? » Il éclate de rire: « En France ou en Afrique? » Dans le coin des pleurnicheries, il y a Mahmoud, Fethi, Medhi, Mohamed. Ils parlent de tout ce qui se passe dans la cité, de ceux qui se cachent parce qu’ils sont recherchés, des SDF. « On sait que certaines personnes dorment dans les halls. Nous avons appris qu’un jeune vient d’être mis à la porte par son père parce qu’il ne trouve pas de formation emploi. « On l’aide », précise sobrement Mohamed, mais ce n’est pas nous l’ANPE ». Mohamed parle des jeunes footballeurs de l’Espace Noué Caillet. Babibell en fait partie. « Je récupère ceux dont l’ASB (Association sportive de Bondy), le club phare de la ville, ne veut pas! Moi je l’appelle le Ku Klux Klan de Bondy. Les mecs qui y jouent – très peu sont de Bondy – sont posés, ils vont au travail la journée, ils ne se mélangent pas dans les halls des maisons, ils ne vont pas avec ceux qui ne leur ressemblent pas. Le critère de sélection n’est pas la force mais le quartier ».

Babibell veut ajouter son grain de sel: « A Bondy, il faut être le « fils de » pour rentrer dans ce club ». Mais si Mohamed en a gros sur le cœur, malgré tout, il est fier des résultats de son club: 3 à 0, 3 à 2, 15 à 0 pour les derniers scores. « Ce n’est pas facile parce que là, nous n’avons plus de car pour faire nos déplacements. Nous avons dû le céder aux enfants de l’école des loisirs. Cela faisait quinze ans que nous bénéficions de cet avantage. Heureusement qu’il y a le maire. Chaque fois que j’ai été le voir pour parler des problèmes, il prend le temps de m’écouter ». Le débat s’oriente sur Tarik Ramadan. Fehti: « Je l’aime bien Tarik Ramadan, je le suis dans tout ce qu’il dit. J’aime son discours, sa façon de parler. Il est calme. Ce n’est pas un extrémiste. Il parle pour les jeunes, il défend la religion. Mais dans les médias, ils le cassent à chaque fois ». Mohamed ne partage pas son avis: « Il ne représente rien pour les musulmans, il ne parle que pour lui ». Un débat à suivre…

Sabine Pirolt

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022