Me voilà invité à une soirée par une amie. Quoi de plus banal ? C’est ce que je me dis chemin faisant. L’adresse exacte se trouve au centre commercial Le Galion, à Aulnay-sous-Bois. J’arrive sur place. Le centre commercial se trouve au beau milieu d’une cité, la cité des 3000, faite d’une barre glauque qui a mal vieilli et de quatre tours pas en meilleure forme. L’ambiance est peu avenante. Je ressens cette atmosphère oppressante si caractéristique de certains quartiers de banlieue, à laquelle j’ai tant de mal à m’habituer. Un choc plus fort se produit lorsque je commence à circuler de bloc en bloc: je ne croise que des Noirs et des Maghrébins. A chaque coin, j’en croise davantage.

A l’évidence, je suis en France, en région parisienne, dans un ensemble urbain de la taille d’une ville, mais la population y est entièrement d’origine africaine. De la diversité, il n’y en a point. Il y en a si peu qu’ici, l’homme blanc que je suis, affublé d’un costume et d’une cravate de circonstance, passe pour un extra-terrestre. On me dévisage comme si j’étais un animal étrange égaré dans un lieu où je n’aurais jamais dû me rendre. Ayant du mal à trouver l’emplacement de l’événement, je m’adresse aux passants que je rencontre. La réaction de mes interlocuteurs finit par m’amuser, en particulier celle de ce commerçant qui, après m’avoir inspecté du regard avec un sourire en coin, prend le temps de faire quelques pas avec moi pour m’indiquer la direction.

J’atteins enfin ma destination. La soirée se passe plutôt bien. Je plaisante avec Sylvie, une amie venue de Paris sur son vieux scooter. Le groupe de convives avec lequel je me trouve la chambre sur le fait qu’elle n’est pas prudente de laisser son antiquité accrochée à un lampadaire dans la rue. Confiante, elle pense qu’il n’y a pas de raison de se comporter ici différemment qu’ailleurs. Pourquoi obéirait-elle au stéréotype banlieues=vols ? Malheureusement, ce soir-là, des gamins avaient décidé de lui donner tort. Lorsque nous quittons la salle, Sylvie nous apprend qu’on vient de lui faucher son scooter.

Cette histoire se finira au poste de police. Tout un périple, pour se rendre au poste d’Aulnay-sous-Bois! Il nous faut quinze minutes en voiture depuis le centre commercial. Mais une fois sur place, difficile de manquer le commissariat: deux camionnettes de CRS garées dans un quartier pavillonnaire, cela ne passe pas inaperçu. Il est minuit passé et nous attendons patiemment que Sylvie termine sa déclaration de vol. Quelques jours plus tard, Sylvie recevra un coup de téléphone pour lui annoncer qu’on a retrouvé son scooter. Il porte quelques stigmates de cette triste aventure mais au moins, il fonctionne encore. C’est déjà ça.

Cédric Roussel

Cédric Roussel

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021