Pour Sofiane, lycéen, le silence est loin d’être d’or, bien au contraire. Il a besoin d’un fond sonore pour faire ses devoirs. 
Être l’aîné dans une famille comme la mienne, ce n’est pas l’idéal pour se consacrer au travail. Tout commence dans ma chambre, je prends mon agenda, voyant la liste des tâches défiler, ma motivation en prend un coup, je me demande comment je vais y arriver ! C’est sûr, ce n’est pas facile d’avoir deux petites sœurs qui te crient dessus pour te demander de l’aide avec ces fameux exercices de maths et la dernière, 3 ans, qui te demande de jouer avec elle ou de lui mettre Peppa pig à la télé. Sans oublier, vers 17 heures, ton ami « Ben aych » qui t’appelle pour faire un foot au parc Atlantique : impossible de refuser ! Tu te rends compte plus tard lorsqu’il est neuf heures du soir et que tu n’as toujours pas commencé la liste de tes devoirs, si longue et si difficile, que la flemmardise s’empare de toi.
Tous les jours mon père regardait la chaîne d’information marocaine Al Oula avec le volume au max tandis que ma mère parlait à la famille au Maroc au téléphone commençant la discussion avec le traditionnel « Salam Aleikoum ». Difficile de travailler dans ces conditions-là ! À force j’ai développé quelques subterfuges pour contrecarrer cet ennemi si présent dans la vie de tous les jours : aller à la bibliothèque du quartier ou bien me lever aux aurores lorsque la famille dort encore pour pouvoir travailler avec le silence, cet ami si absent et si rare ! Malgré cela, je n’avais pas toujours le temps d’aller à la bibliothèque, ou bien j’avais la flemme de me lever tôt.
Pour certains, le silence est primordial pour travailler dans de bonnes conditions. Pourtant je pense tout le contraire, je pense que trop de silence tue le silence, d’ailleurs Jamel Debbouze disait dans l’un de ses sketchs « Ce n’est pas fini ce silence ici ! ». Un jour, j’étais en train de travailler seul chez moi, toute la famille était partie au marché, et pourtant je n’arrivais pas à me concentrer ; c’était bizarre quelque chose manquait à l’appel, j’étais déconcentré, la tête qui tournait de droite à gauche pour chercher ce « quelque chose » qui était le bruit.
Les cris de mes petites sœurs, le volume de la télé, l’appel du téléphone presque irrésistible : tous ces bruits auxquels je me suis habitué, sont ceux que je dois entendre pour pouvoir travailler. Je me rends compte aujourd’hui que le bruit m’accompagne dans tout ce que je fais, partout où je vais, entre l’Aïd en famille et les anniversaires de mes cousins, le bruit remplace peu à peu le silence comme il occupe de plus en plus ma vie. Je dépends de ce mot de cinq lettres qui définit le monde dans lequel je vis, ne laissant aucune chance au silence de s’immiscer dans mon monde. Cela peut paraître fou, mais sans bruit je ne peux pas travailler !
Sofiane Moumni

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021