C’est très joyeux dans la camionnette de Hassan le propriétaire du « Bazar d’Agadir » au centre de Bondy. Hassan est originaire du Maroc, habite à Bondy depuis 30 ans et rien ne semble pouvoir entamer la bonne humeur de ce père de six enfants. Ce matin, comme tous les autres matins, il écume les ventes aux enchères forcées des faillites. « Parfois c’est chez des privés, parfois dans des entreprises. »

Je me retrouve en compagnie d’une quinzaine de brocanteurs dans une pièce minuscule d’une entreprise de couture au 105 rue de Paris à Bobigny. Quelques outils de tissage, un vieux fax et un stock de tissus empilé dans un coin. Pas d’émotion sur les visages des participants à la vente qui ont tous entre 40 et 50 ans. Des mises aux enchères forcées, ils en font tous les jours, alors ils ne songent plus vraiment à ceux qui sont en train de tout perdre en ce moment.

– « Enchère à 300 euros pour le lot de tissus », crie le commissaire priseur avec une sévérité atténuée par la routine. Silence. « Allons, un effort messieurs! »

– « 200 euros » répond un malin par devant.

– Ah non, on ne fait pas des lots à 200! Silence

-« 310 » dit un autre par derrière.

– « 350 » renchérit le malin de tout à l’heure.

– « Adjugé »

En moins de 10 minutes la vente est achevée et l’ensemble des objets est dispersé entre les vendeurs. Je demande à Hassan comment cela se passe chez les privés. « Ils sont prévenus à l’avance et ils cachent en général les meilleurs objets chez des connaissances. Mais parfois il y a des commissaires priseurs malins qui viennent faire des photos des meubles avant la mise aux enchères. Comme cela, le vente génère plus d’argent. »

Pierre Nebel

Pierre Nebel

Articles liés

  • Racisme et harcèlement sexuel en open space : elle poursuit son entreprise en justice

    Des insultes en plein open-space, des agissements sexistes jusqu'au harcèlement sexuel. Tel a été le quotidien de Nora dans la société d'informatique Evernex International à Aulnay-sous-Bois. Après des années de silence, elle a décidé de poursuivre son entreprise en justice. Témoignage.

    Par Anissa Rami
    Le 14/10/2021
  • Dans les quartiers, le nouveau précariat de la fibre optique

    Un nouveau métier a le vent en poupe dans les quartiers populaires : raccordeur de fibre optique. Des centaines d’offres d’emploi paraissent chaque jour, avec la promesse d’une paie alléchante. Non sans désillusions. Reportage à Montpellier réalisé en partenariat avec Mediapart.

    Par Sarah Nedjar
    Le 04/10/2021
  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021