Depuis quelques jours, nous avons évoqué les difficultés d’adaptation au marché du travail en particulier dans les quartiers. D’un coté, des candidats qui ne trouvent pas d’issue professionnelle malgré des compétences et des qualifications importantes. De l’autre des employeurs qui se plaignent de ne pas trouver, sur le marché du travail, des candidats adaptés à leurs besoins.

APC recrutement est une association qui a pour but de promouvoir la diversité au sein des entreprises en proposant des candidats mis en avant pour leurs compétences, quelque soit leur différence. Créé en Avril 2005, ce cabinet de recrutement associatif entre aujourd’hui dans sa deuxième année d’exercice ; le moment pour son directeur, Said Hammouche, qui a fréquenté lui aussi le lycée de Bondy, de répondre aux questions du Bondy blog.
 

Pourquoi avoir crée APC recrutement ? 
 

Nous sommes partis du constat que dans les quartiers populaires, il y avait des talents qui n’étaient pas mis en avant du fait de la force de certains préjugés, de certaines discriminations. Nous pensons que ces talents peuvent apporter une véritable valeur ajoutée aux entreprises et c’est pour cela que nous avons crée APCR.

 Comment fonctionne cette association ?

Nous avons fonctionné pendant 8 mois avec une équipe de 20 bénévoles spécialisés dans les ressources humaines. Aujourd’hui, c’est une structure qui tourne avec cinq permanents. Nous pré-recrutons des candidats, leur assurons des séances de coaching et nous les présentons en entretien aux entreprises en recherche de candidats.

  

Et un an après votre création, quels sont vos résultats ? 
 

Nous sommes en partenariat avec environ 70 entreprises (Védior, la SNCF, Accenture…) Nous avons une base de données de 3 000 candidats.
 

Et concrètement ?

 

Nous avons placé à ce jour 50 candidats et accompagné 10 créateurs d’entreprise.

Agissez-vous dans le sens d’une discrimination positive ? Que pensez vous des quotas ?

La discrimination positive est dangereuse. Si on recrute à partir de quotas et non en fonction des compétences, on ne rend service ni aux candidats, ni aux entreprises. En plus, il y a plusieurs formes de discrimination : sexuelle, territoriale, raciale, sociale… Nous parlons plutôt de promotion des candidats issus des quartiers populaires.
 

Quels retours avez-vous eus sur les candidats placés en entreprise ? 
 

Les retours sont très positifs. Les entreprises ont perçu l’intérêt de nos services. Nous avons eu par exemple des postes en CDD qui se sont transformés en CDI compte tenu de la qualité de certains candidats.

  

Comment va évoluer votre association ? 
 

D’une association spécialisée dans le recrutement, nous proposons aussi notre savoir faire dans l’audit, le conseil et la formation sur les thématiques de la diversité. 

Le Bondy blog a rencontré Azouz Bégag il y a quelques temps pour parler d’égalité des chances, il ne nous a pas parlé de vous…

Aujourd’hui, la phase d’expérimentation est terminée et nous avons fait nos preuves. Nous sommes de plus en plus sollicités par les entreprises et nous proposons volontiers de développer notre action à l’échelle nationale.

 

Propos recueillis par Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020