.
Avec plus d’une cinquantaine de restaurants servant des kebab et trois MacDo, la ville de Saint-Denis est bien lotie en termes de restauration rapide. Depuis quelques années on voit apparaitre des nouveaux concepts avec plus ou moins de succès, comme le « Mak-d’Hal » ouvert en 2007 à coté du marché de Saint-Denis. C’est dans cet esprit de renouvellement que s’est installé At HOM&s il y a près d’un an, à coté du théâtre Gérard Philipe.
Son gérant Mouaouiya Assabi, 26 ans, est parti d’un constat : l’impossibilité de trouver une restauration rapide de qualité à Saint-Denis, contrairement à ce que l’on peut trouver à Paris dans des restaurants du type Big Fernand.

Mouaouiya

Mouaouiya Assabi


Après un bac S et une expérience avortée dans le football professionnel, Mouaouiya Assabi a changé de vie et s’est formé sur le tas dans le domaine de la restauration. Il se lance à 22 ans et monte sa première affaire : ce sera une crêperie à Epinay. L’affaire  fonctionne, il décide alors de monter un autre projet à Saint-Denis : « Je cherchais un local sur Paris ou Saint-Denis. J’ai choisi Saint-Denis car c’est une sorte de carrefour stratégique en région parisienne de plus en plus dynamique. Le quartier du théâtre change depuis quelques années avec en plus la gare et les commerces du centre ville à proximité. L’immeuble était encore en travaux quand j’ai repéré le local, j’ai harcelé le promoteur pour l’avoir donc je l’ai récupéré à l’état brut. Ayant essuyé plusieurs refus de la part des banques j’ai dû m’autofinancer et faire pratiquement tout l’aménagement moi même. »
Dans une décoration travaillée, d’inspiration rustique avec une pointe de Far West, At HOM&s se positionne sur le créneau du hamburger servi à table avec quelques spécificités : la viande est certifiée halal, les ingrédients sont bio, à part le pain qui est  fait maison. La formule burger, frites et boisson est à 15 euros.
« Dans la restauration rapide il faut se démarquer et s’adapter à une exigence nouvelle de plus en plus présente qui est la qualité. Avec At HOM&S j’ai mis l’accent sur la qualité des produits utilisés, avec par exemple le fromage qui tient une place importante dans nos recettes. Concernant la viande j’ai dû faire un choix étant donné que les chartes Bio et Halal sont assez contraignantes. En fait, les modes d’abattage sont incompatibles car la viande bio doit être assommée électriquement et cette méthode risque de tuer l’animal, or l’animal doit être conscient lors de l’abattage pour être certifié Halal» explique Mouaouiya.
entree restoLe jeune homme est globalement satisfait du démarrage, même si certains clients disent avoir peur de Saint-Denis. Avec quatre salariés, le restaurant est ouvert midi et soir, 7 jours sur 7 jusqu’à 00h30, avec une forte affluence le week-end. La clientèle est variée et assez représentative de Saint-Denis, composée de résidents mais surtout d’étudiants avec la proximité de l’Université et de l’IUT de Villetaneuse. Grâce à une forte présence sur Facebook et un bouche à oreille qui marche bien, la clientèle est assez fidèle.
Avec 70 à 80 couverts par jour en moyenne, Mouaouiya Assabi envisage de développer le concept : «Pour l’été on compte élargir la carte avec des fruits de saison, des glaces et des salades. J’ai fait une demande à la mairie pour pouvoir installer une terrasse sur le trottoir pour la saison estivale. La mairie de Saint-Denis est plus ouverte aux projets novateurs, ma première ouverture a été volontairement compliquée par la mairie d’Epinay qui m’envoyait souvent la police et les services d’hygiène au début … L’ouverture d’un second point de vente est envisagé, mais dans Paris intra-muros cette fois-ci.»
Fort de ses deux premières expériences, Mouaouiya Assabi compte même ouvrir un restaurant Mexicain à Saint-Denis. L’entreprenariat n’est donc pas un vain mot en Seine Saint-Denis, les idées ne manquent pas pour créer des emplois …
Victor Mouquet

Articles liés

  • Racisme et harcèlement sexuel en open space : elle poursuit son entreprise en justice

    Des insultes en plein open-space, des agissements sexistes jusqu'au harcèlement sexuel. Tel a été le quotidien de Nora dans la société d'informatique Evernex International à Aulnay-sous-Bois. Après des années de silence, elle a décidé de poursuivre son entreprise en justice. Témoignage.

    Par Anissa Rami
    Le 14/10/2021
  • Dans les quartiers, le nouveau précariat de la fibre optique

    Un nouveau métier a le vent en poupe dans les quartiers populaires : raccordeur de fibre optique. Des centaines d’offres d’emploi paraissent chaque jour, avec la promesse d’une paie alléchante. Non sans désillusions. Reportage à Montpellier réalisé en partenariat avec Mediapart.

    Par Sarah Nedjar
    Le 04/10/2021
  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021