Difficile de s’intéresser à l’activité économique de Bondy sans parler de la Zone Franche Urbaine (ZFU) de Bondy Nord. Fruits d’une loi promulguée il y a dix ans par un gouvernement de droite, nous nous sommes intéressés aux résultats obtenus dans une municipalité de gauche.

A Bondy, le canal de l’Ourcq et la RN3 ressemblent à une frontière. Le terrain vague, l’ombre impressionnante des HLM, difficile de ne pas trouver à ce lieu un aspect particulièrement glauque. La zone franche s’étend sur une très grande partie de Bondy Nord et couvre tout autant les quartiers pavillonnaires que les immeubles. En fait le premier réflexe est de se dire que la zone franche n’a justement rien de particulier. Nous trouvons quelques commerces de détail clairsemés le long de l’axe principal qui mène au centre ville et quelques autres aussi dans la cité Nord mais il est difficile de ne pas les voir comme des nains au milieu des géants de béton qui s’élèvent au dessus d’eux : proportionnellement au nombre d’habitations, il y a finalement peu de commerces ici. En réalité, le seul commerce un peu « original » que nous trouvons est un laboratoire d’analyse médical. Une brève discussion avec son personnel nous permet d’apprendre qu’il s’est implanté pour servir l’hôpital tout proche mais que les employés ne sont pas du quartier.

Dans les rues adjacentes nous trouvons des immeubles de bureaux récents. Une fenêtre brisée, des barreaux aux rares ouvertures du rez-de-chaussée, l’ambiance est assez particulière. Les sociétés présentes ici sont majoritairement des entreprises de services, ambulances, nettoyages, bâtiment. La clientèle visée ne semble pas réellement se trouver dans le quartier. Nous croisons les employés de l’une d’elles qui œuvre dans la réparation de systèmes hydrauliques sur chantier. Aucun d’eux n’habite ici et selon leurs dires, il n’y a pas d’employés venant de Bondy Nord.

Un peu plus loin, nous poussons la porte d’une autre entreprise. Son aspect est un peu plus industriel avec un atelier et des bureaux adjacents. Elle aussi œuvre dans le bâtiment. Elle s’est installée juste avant la création des zones franches et a profité de l’opportunité inespérée de la loi pour ensuite investir et s’équiper afin de pouvoir offrir des services plus industriels. Mais encore une fois, on nous répond par la négative lorsque nous demandons s’il y a des employés issus de Bondy Nord.

Alors que nous traversons les rues pour revenir vers le canal, une dernière image frappe nos esprits : le nombre de boîtes aux lettres sur les grilles des bâtiments… Peut-être le symbole ultime de la distance qu’il peut exister entre l’esprit d’une loi et la réalité de ce monde.

Chou Sin et Cédric Roussel

Chou Sin

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020