Harry est un jeune Rosnéen de 21 ans. Titulaire d’un baccalauréat professionnel comptabilité. Les chiffres et le plan comptable ne sont plus à son goût, il part donc à la recherche d’un plan B. « Je voulais me lancer dans la création d’entreprise, mais c’est encore en projet. En attendant il me fallait un boulot qui soit dans la continuité de mes études, un travail du genre gestionnaire-comptable. »

Aussi à l’aise avec les chiffres que dans l’eau, Harry a toujours rêvé de devenir maître-nageur. Dans la vie on apprend à ses dépens qu’on ne fait pas toujours ce que l’on veut. Il n’y a pas de chemin tout tracé. Le retour à la réalité est obligatoire pour avancer dans des meilleures conditions. « Après l’obtention de mon diplôme, je me suis inscrit à la mission locale pour pouvoir rentrer dans la vie active. J’ai bien sûr fait des petits boulots en attendant d’en trouver un qui soit plus dans mes cordes. Par l’intermédiaire de la mission locale, je me suis inscrit à un salon de l’emploi public à la préfecture de Bobigny. J’ai postulé et ma candidature a été retenue. » Harry peut enfin sortir la tête hors de l’eau. Avec ou sans crawl, il nage vers des océans moins troubles portés par son ambition.

« Je suis maintenant gestionnaire APRE (Aide Personnalisée du Retour à l’Emploi) au Conseil général. Le poste consiste à aider les allocataires du RSA à reprendre une formation ou un travail. Je m’occupe d’eux de façon administrative, car entre eux et moi, il y a un référent (Pôle emploi ou Service insertion RSA des projets de la ville) qui se charge d’envoyer les pièces pour le dossier. Mon rôle est la supervision du dossier avant le passage en commission. » livre Harry avec minutie. « Chaque gestionnaire défend son dossier comme au tribunal pour que les allocataires obtiennent des formations favorisant le retour dans la vie active. Les responsables valident selon les critères requis pour l’APRE. Les allocataires sont en général des gens qui ont vécu à l’étranger, diplômés, et dont les certificats ne sont pas reconnus en France. Il y a également des gens qui sont peu diplômés. La tranche d’âge de ces profils varie entre 23 et 55 ans, en toute parité. »

Lourdes sont les responsabilités et les conséquences de leurs actes. La jeunesse est-elle un fardeau ou un avantage dans ce monde où il côtoie des personnes qui sont à la reconquête de leur existence ? « En fait, je n’ai que des contacts téléphoniques et par mail avec les référents et les allocataires. Je n’ai pas eu de souci car je m’exprime plutôt bien au téléphone et l’on ne peut pas déceler mon âge. Je me suis intégré vite car au début je n’étais qu’un simple renfort des gestionnaires. Je les épaulais dans leurs taches et décisions quotidiennes. J’ai appris sur le tas, et j’ai eu droit à un passage de témoin, une formation de l’ancien gestionnaire que j’ai remplacé après qu’il aie changé de poste. Ma responsable m’a demandé si j’étais prêt pour ce changement, je n’ai pas hésité une seule seconde… J’étais paré à mener les opérations seul » lance fièrement le jeune gestionnaire.

« Au début, c’était un peu gênant, car je suis le seul garçon du service pour une quinzaine de femmes. Je vous avoue que ça fait un peu bizarre au début, mais après on s’y fait. Il faut dire que c’est un bon métier, car avec ce que je fais, je peux changer la vie de certaines personnes et ainsi leur donner un coup de pouce dans leur vie professionnelle. On accompagne les personnes, un lien, une histoire se créent et ça donne la force d’aller jusqu’au bout ! »

Lansala Delcielo

Articles liés

  • Privatisation : les agents de la RATP défient la loi du marché

    Après une grève historique le 18 février 2022, les salariés de la RATP, s’estimant négligés par la direction, se sont à nouveau réunis pour poursuivre leur mobilisation. En cause, toujours, des revendications salariales, mais surtout, une opposition ferme au projet de privatisation du réseau de bus à l’horizon 2025. Reportage.

    Par Rémi Barbet
    Le 26/03/2022
  • Dix ans après Uber : les chauffeurs du 93 s’unissent pour l’indépendance

    Une coopérative nationale de chauffeurs VTC, basée en Seine-Saint-Denis, va naître en 2022, plus de dix ans après l'émergence du géant américain. En s’affranchissant du mastodonte Uber, les plus de 500 chauffeurs fondateurs de cette coopérative souhaitent proposer un modèle plus vertueux sur le plan économique, social, et écologique. Après nombre de désillusions. Témoignages.

    Par Rémi Barbet
    Le 14/02/2022
  • À Stains, Moulinot créé de l’emploi grâce aux biodéchets

    L’entreprise Moulinot s’est installée à Stains, en Seine Saint-Denis en 2019. Pionnière de la collecte et de la valorisation des biodéchets en France, elle contemple aujourd’hui un avenir économique radieux. Entreprise d’économie sociale et solidaire elle souhaite former à ces nouveaux métiers et créer de l’emploi sur le territoire. Reportage.

    Par Rémi Barbet
    Le 12/01/2022