Dans le cadre de notre rubrique consacrée l’économie et les entrepreneurs issus des banlieues, ce texte est le troisième et dernier volet d’une série retraçant l’aventure de l’un d’entre eux, Bakary Kamara.

Le parcours de Bakary est celui d’un passionné pour lequel « football » se conjugue avec esprit d’entreprise et innovation. Même lorsqu’il travaille sur Paris, il ne manque pas un seul entraînement dans son club de Rouen. Mais lorsqu’il se prépare dans les vestiaires, il a toujours cette même contrariété : pour tenir en place ses protège-tibias, Bakary doit se débrouiller et utilise généralement de la bande adhésive. Il trouve la technique « artisanale » et il s’étonne de l’absence d’une solution plus élégante. Il se renseigne sur ce qui se fait dans le football professionnel et constate que rien de mieux n’existe. Bakary réfléchit alors à une solution et trouve son idée en imaginant une bande extensible capable d’assurer cette fonction. Il dépose alors cette idée à l’INPI sous le format d’une enveloppe Soleau, un moyen légal lui permettant de marquer l’antériorité de son idée. Il profite alors de ses pauses-déjeuner pour se documenter et monter lui-même son dossier. Quelques semaines plus tard, il dépose sa demande officielle de brevet.

A l’automne 2003 alors que la boutique K2FOOT a démarré depuis quelques mois, Bakary se voit enfin attribuer son brevet. Ce dernier représente une excellente opportunité de faire connaître son entreprise. Bakary recherche donc un partenaire pour développer et fabriquer ce qui va devenir le Tibtop. Il se tourne vers la société Thuasne, spécialiste des tissus élastiques. Il contacte par téléphone le directeur de la recherche et développement de l’entreprise et en 10 minutes le convainc de l’intérêt de son projet. Rapidement ce dernier fait parvenir à Bakary ses premiers échantillons : une bande élastique lavable et réutilisable dont ils valident ensemble le design optimal. Bakary envoie alors le produit à un ami footballeur professionnel à Auxerre qui le teste à l’entraînement et annonce à Bakary qu’il l’utilisera le samedi suivant, en match. D’autres footballeurs s’intéressent au Tibtop. Bakary se rend régulièrement à Auxerre où il profite des matchs à domicile pour distribuer son produit aux joueurs des équipes adverses. A la sortie des matchs il interpelle les joueurs, non pour leur demander un autographe mais pour leur donner des Tibtops portant leurs numéros. Il n’en faut pas plus à Bakary pour commencer à se constituer une liste de clients prestigieux dans la ligue professionnelle. Encore plus étonnant, on commence à l’appeler au sujet du produit sans qu’il ne fasse de démarche commerciale.

Le Tibtop attire l’attention et on propose à Bakary de lui racheter son brevet. Cependant Bakary a son idée concernant son invention. La phase de prototypage touche à sa fin et Bakary s’entend avec Thuasne pour établir un contrat de fabrication et de distribution : la seule condition, que le Tibtop puisse être commercialisé entre 7 et 8 Euro. Pour lui c’est important que la mère de famille puisse acheter le Tibtop à ses enfants en lieu et place de l’Elastoplaste du pharmacien. A l’automne 2005, déjà 150000 paires ont été vendues. Un contrat a été signé avec l’Olympique Lyonnais pour l’inclure dans la liste de leurs produits. Et en octobre 2006 le Tibtop devrait pouvoir porter le logo de la ligue de football professionnel.

Si le Tibtop vous intéresse ou si vous êtes simplement passionnés de football, n’hésitez pas à faire un tour sur le site Internet de Bakary ou même, allez voir Bakary et son équipe chez K2FOOT à Rouen qui vous accueilleront avec le sourire !

Cedric Roussel

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020