Issue d’une famille de couturiers et de commerçants, Rouguy, créatrice de BéBé Toucouleur, avait un destin tout tracé. Et pourtant, sa jeunesse semblait faire mentir ces prédictions… Elle naît à Dakar (Sénégal) en 1985 où elle vit jusqu’à l’âge de 26 ans. Après des études en communication, elle travaille pour plusieurs grands médias. En 2011, elle arrive en région parisienne pour rejoindre son mari. Elle reprend ses études et travaille dans la communication sociale.
Lors de sa grossesse, Rouguy s’est posée de nombreuses questions. Parmi elles, « comment habiller mon nouveau-né ? ». Elle en est vite venue à dessiner ses premiers croquis. Après un voyage au Sénégal, le projet a pris forme. Elle a noué un partenariat équitable avec deux couturières de Dakar, renforçant ainsi leur autonomie respective.
Si la première collection était destinée à son bout d’chou, rapidement le bouche-à-oreille a fait effet. Auto-entrepreneure installée à Asnières-sur-Seine (92), elle dépose la marque « BéBé Toucouleur » à l’INPI et constitue vite son premier stock de vêtements. Elle se fait aider par l’ADIE, une association de microcrédit qui soutient et promeut les projets de jeunes entrepreneurs et commence à vendre ses créations à son entourage, principalement pour des cadeaux de naissance ou d’anniversaire.
La mixité, le métissage des styles, des textiles et des couleurs constituent le socle sur lequel repose sa créativité, le tout dans un souci de bien-être pour les bambins. Elle s’applique en effet à utiliser des matières hypoallergéniques comme le coton bio, le pagne tissé et des broderies faites main, achetées directement en Afrique chez les artisans locaux. Le wax et le basin sont des cotons traités et viennent tous deux d’Europe, de Hollande, plus précisément.
Les Toucouleurs (ou Tekrour) sont une ethnie peule du nord du Sénégal (également présents en Mauritanie, au Mali et Burkina Faso) près de la frontière mauritanienne, d’où est originaire Rouguy. On les appelle toucouleurs aussi parce qu’ils sont métissés. Ce nom lui est donc paru comme une évidence.
Le vêtement pour enfant de 0 à 6 ans a rarement été aussi stylé. Eux aussi peuvent être sapés comme jamais. Rouguy a du talent, une mode et un concept. Elle est surtout adepte d’une griffe qui ferait rougir les grandes enseignes de la mode pour enfant. Un commerce porteur. Mais pas seulement, elle dessine et réalise aussi des vêtements pour homme et femme, sur commande. Rouguy aspire « à démocratiser le vêtement africain et ses matières » qui sont souvent endossés lors de cérémonies. Elle propose une autre vision, beaucoup moins restreinte, de la mode africaine et très loin des stéréotypes que l’on peut y associer.
La mode par les vêtements, les accessoires par les doudous, les bavoirs et les langes, mais aussi par sa création de colliers en perles naturelles du Maroc. Pays dans lequel elle a d’ailleurs passé une année, à Casablanca, où elle a fait la connaissance d’un producteur de cosmétique 100 % bio. Elle vend tous ces articles en ligne et les livre dans toute la France. Rouguy organise également des ventes privées à domicile en région parisienne, sur rendez-vous. À terme, elle souhaite exposer dans des boutiques éphémères à Paris.
Samir Benguennouna
BéBé Toucouleur exposera dans une boutique éphémère (du 22 février au 5 mars 2016) dans la station de métro Gallieni (sur la ligne 3) dans le magasin « Quai des créateurs ».

Articles liés

  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020
  • L’épidémie emporte Aïcha Issadounène, figure de Carrefour Saint-Denis

    #BestofBB Caissière au magasin Carrefour de Saint-Denis depuis près de trente ans, Aïcha Issadounène est décédée jeudi 26 mars, atteinte du Covid-19. A Saint-Denis, tous ceux qui l’ont croisée pleurent une femme dévouée et bienveillante. Et rappellent son combat, tristement mis en lumière aujourd’hui, pour la protection des salariés de l’enseigne.

    Par Hassan Loughlimi
    Le 04/09/2020