4/11 : Pour une fin de droit CMU fin janvier, j’envoie une demande de renouvellement. Je photocopie tout, documents joints et formulaires comme chaque année, pour une vieille dame de ma connaissance. Je sais que cette année sa situation a changé.

5/01 : Je dois envoyer  des pièces complémentaires, c’est normal mais deux  mois après… Certaines me posent problème. Je ne comprends pas ce qu’ils veulent. Je fais au mieux.

23/3 : Depuis le 9 janvier date d’envoi, pas de réponse. J’appelle le 3646, plateforme de la  CPAM. Le dossier a été exploité le 23 01. La Sécu se donne 2 mois pour traiter les dossiers, délai renouvelable à chaque demande de pièces complémentaires.

« Ma demande date de plus de 4 mois ! Listez moi les pièces à fournir une bonne fois pour toute ! Evitons les allers et retour de courrier qui font perdre du temps et de l’argent à la Sécu  et aux assurés !  On peut y passer l’année ?»

« En effet Madame ! »

24/3 : Soit 4 jours après.  Un courrier daté du 16 tamponné par la poste le 20 et donc reçu le 24 me renvoie tout le dossier. Comme je le pressentais les premiers documents demandés ne sont pas les bons. Ce courrier est lui, explicite, sur les documents désirés mais pour les obtenir  je  dois faire appel à une autre administration.

Mais le plus « drôle » c’est cette  SOMMATION «  sans réponse sous 30 jours : dossier classé sans suite ! »

La seconde administration est plus rapide et le 12 avril je peux retourner le dossier avec les nouveaux éléments.

24/ 4 : Daté du 16 et selon une rigueur à sens unique, (rappelez-vous la sommation) : « Votre dossier est classé sans suite ! »

Je compose le 3…6…4…6, je fais une réclamation pour ce classement que je trouve abusif … mais je suis stoppée dans mon élan.  Je dois hausser le ton pour me faire entendre mais rien à faire.

« Vous faites un monologue, Madame ! »

« Alors sachez que OUI c’est un MONOLOGUE ! Car avec vos services c’est toujours un MONOLOGUE ! » Je suis franchement énervée !

Mais le pouvoir est dans l’autre camp. Je me tais.

« Je note la réclamation, on va vous contacter ! »

7/5 : 13 jours d’écoulés. Rien. Alors 3…6…4…6. Allo ! Miracle … On m’écoute.

« les documents n’ont pas été « reçus ».

«  Voulez- vous dire qu’ils sont perdus ? »

« Oh non moi Madame, je ne peux pas dire ça ! »

« Mais moi je peux le dire ? »

« Oui, vous, vous pouvez ! Le mieux : vous déplacer !»

« J’ai compris, merci et bonne journée ».

9/5 : Je  me rends aux guichets de la CPAM .

Aucune trace du dossier, tout est à refaire… je reprends mes photocopies je ré-rempli les formulaires. On refait tout. Certains formulaires Cerfa n° X Y  sont nouveaux. (ceux précédemment remplis n’étaient plus valables !)  Mes photocopies prouvent  la constitution de mon dossier, tampon à l’appui des dates d’allers et retour.  Alors l’agent peut placer le dossier en « prioritaire » : délai 15 jours. Sans preuve : délai 2 mois.

Mi mai/ Courrier du 26 avril En réponse à votre demande du 24 04, je n’ai pas réceptionné les pièces réclamées en date du 12 avril. Je vous invite à refaire l’intégralité de votre dossier à savoir… Sont joints deux listes de pièces à joindre avec leurs formulaires  respectifs de 4 pages plus un Cerfa n° XY à remplir.

31/ 5 :  6 mois et 27 jours après les premières démarches la notification de décision arrive enfin à ma petite mamie : AVIS DÉFAVORABLE .

Début juin, courrier daté du 29/05.

Objet : Récépissé de dépôt d’une demande de CMU complémentaire.

J’ai bien reçu votre demande déposée le 9 mai. Je m’efforce de traiter votre dossier dans les meilleurs délais.

Néanmoins, vous pourrez  considérer  votre demande acceptée si  vous n’avez pas reçu de réponse de notre organisme dans les deux mois suivants le dépôt de votre dossier complet.

24/08/ 2012 : Toujours pas de CMU à ce jour.

Joanna Yakin

Publié le 24 août 2012

 

Articles liés

  • Racisme et harcèlement sexuel en open space : elle poursuit son entreprise en justice

    Des insultes en plein open-space, des agissements sexistes jusqu'au harcèlement sexuel. Tel a été le quotidien de Nora dans la société d'informatique Evernex International à Aulnay-sous-Bois. Après des années de silence, elle a décidé de poursuivre son entreprise en justice. Témoignage.

    Par Anissa Rami
    Le 14/10/2021
  • Dans les quartiers, le nouveau précariat de la fibre optique

    Un nouveau métier a le vent en poupe dans les quartiers populaires : raccordeur de fibre optique. Des centaines d’offres d’emploi paraissent chaque jour, avec la promesse d’une paie alléchante. Non sans désillusions. Reportage à Montpellier réalisé en partenariat avec Mediapart.

    Par Sarah Nedjar
    Le 04/10/2021
  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021