© Ogeshnee Moodley


Sous les cris de ses frères qui jouent à la bagarre, elle s’isolait derrière son écran. A 13 ans, Nancy affrontait des personnages virtuels dans le but de remporter des quêtes. Sa passion pour l’informatique s’est affirmée avec les jeux vidéos. Aujourd’hui elle est étudiante en Master 1 ASRBD (Administrateur, systèmes, réseaux, et bases de données), elle alterne toutes les deux semaines entre ses cours à l’IPI (Institut de Polyinformatique) de Paris, et son contrat de professionnalisation à Efrei. Son objectif : percer dans l’infogérance.
Fille d’émigrés madériens, Nancy Camara a grandi à Bobigny dans une famille modeste : son père est chef de chantier paysagiste et sa mère est concierge d’immeuble. Malgré les deux salaires, la situation n’est pas toujours facile lorsque l’on a trois enfants. Nancy a dû apprendre à se débrouiller dans ses études et à aider ses parents pour s’occuper de ses deux petits frères. Son parcours scolaire est fait de reconversions, il commence par un cursus au lycée professionnel Léo Lagrange à Bondy. Malgré sa passion dévorante pour les livres et son envie de poursuivre des études générales, elle a dû faire un Bac pro. Les lycées professionnels de la région ne proposant aucune formation en informatique, elle s’est orientée dans la comptabilité. Deux ans plus tard, la malchance continue. Tous ses choix à l’Admission Post Bac lui ont été refusés. Elle doit alors chercher d’urgence une autre formation. Elle finit par intégrer une licence LEA (langues étrangères appliquées).
© Ogeshnee Moodley

© Ogeshnee Moodley


Sa vie prend un tournant lorsqu’elle retente sa chance en informatique à la fin de sa première année de licence. Nancy est admise en BTS SIO (Services Informatiques aux organisations) spécialité SISR (Solutions d’infrastructures, systèmes et réseaux). Une première victoire qui relève tout de même un défi : celui de s’imposer en tant que femme dans un secteur dominé par les hommes. En effet, les chiffres relayés par Linuxfr montrent que ce secteur est majoritairement masculin, puisque seulement 11 % des étudiantes en informatique sont des femmes. Le rapport du CIGREF (Club Informatique des Grandes Entreprises Françaises) montre quant à lui que les femmes sont moins présentes dans les grands postes. Elles se spécialiseraient essentiellement dans le webdesign. Cela n’a pourtant pas empêché Nancy de passer les différentes barrières. Dotée d’une précision sans faille et de doigts de fée, elle est très vite intégrée et appréciée dans le milieu. « Démonter des PC, ça me détend, c’est mon dada », dit-elle.
Aux commandes d’un clavier, elle manipule plusieurs ordinateurs à la fois : d’un côté, sa formation en école lui a permis d’apprendre la virtualisation. De l’autre, l’apprentissage en entreprise lui permet de manipuler des scripts d’automatisation. Nancy est ambitieuse. Elle convoite des formations d’élite comme les certifications Cisco et Microsoft. « C’est le moyen qui va me permettre d’atteindre le sommet de ma carrière » . Elle souhaite aussi conquérir l’un des meilleurs marchés de l’informatique au monde : le Canada, qu’elle qualifie « d’Eldorado du numérique ».
Texte : Sabrina Alves/Photo : Ogeshnee Moodley

Articles liés