Des cours de français aux employés : Carrefour en a eu l’idée. Depuis le mois d’octobre, une formation, qui porte le nom d’Evolupro, a débuté pour les salariés de quatre hypermarchés de l’enseigne implantés dans le 93 : ceux de Saint-Denis, Stains, Aulnay-sous-Bois et Sevran. Ces cours qui ont lieu du mardi au vendredi sont dispensés par l’organisme IPTR au Novotel d’Aulnay-Sous-Bois. Il s’agit avant tout de « former et d’accompagner les personnes désireuses d’acquérir les bases de la langue française parlée ou écrite », explique Didier Hébert, le formateur.

Ainsi, une fois par semaine, cinquante salariés de Carrefour, répartis en quatre groupes selon leur niveau de connaissance de la langue, reprennent le chemin de l’école pour assister aux cours, de 9 heures à 17 heurs. « Il y a un chez des employés un réel besoin de mieux parler le français. Qu’ils soient nés ici ou dans un autre pays, pour certains la langue est un frein. Il était donc important de leur montrer qu’il est possible de passer outre cette barrière linguistique », affirme Bruno Empereur, directeur du Carrefour de Stains et l’un des initiateurs de ce projet.

Si la formation a commencé depuis peu, son principe, quant à lui, a mûrement été réfléchi pendant près d’une année, sous la houlette, notamment, de Jerôme Gantin, directeur des formations. « Nous voulions au départ commencé les cours avec 36 participants, mais les employés étant emballés par le projet, on s’est retrouvé rapidement avec 70 candidatures. On a donc fait passer des tests, et parmi les 70, on a décidé d’en retenir 50 », raconte Bruno Empereur.

Les salariés impliqués dans cette formation semblent ravis. Comme ce jeudi matin, où j’assiste à l’un des cours. L’ambiance est studieuse, les salariés redeviennent le temps d’une journée de vrais petits écoliers, tous à l’heure, cahiers, stylos en main, prêts à commencer le cours. « Chaque jeudi, il est inconcevable pour moi que je traîne des pieds pour venir. J’habite à environ 10 minutes et je peux vous dire que cette formation m’apporte beaucoup », assure Fatima, employé chez Carrefour depuis huit ans maintenant et qui assiste au cours tous les jeudis. « Carrefour, ajoute-t-elle, a été pour moi une réelle opportunité quand, en 2000, je cherchais du travail. Je parle plutôt bien français, mais ça se complique quand je veux écrire un mot pour l’institutrice ou pour aider ma fille à faire les devoirs. En assistant à ces cours, j’ai plus confiance en moi ! »

Arrive le moment de la correction des exercices faits à la maison. Je me rends compte alors du courage et de la volonté d’intégration que peuvent avoir ces personnes, âgées de 18 à plus de 50 ans. J’assiste à une véritable leçon de partage et d’humanité. Quant à la leçon sur le participe passé, elle ne me rappelle pas que de bons souvenirs ! « Je me sens bien ici, j’apprends avec des gens qui me comprennent, et surtout je n’ai pas peur d’être jugé », affirme Moussa, 26 ans qui vient du Sénégal. Boucher chez Carrefour depuis 2005, il estime que « ce genre de formation donne envie d’aller plus haut, de se dire que même si on a des difficultés, on peut évoluer professionnellement, que c’est possible ».

Pour l’enseigne, qui a signé la charte de la diversité, cette opération montée sur la base du volontariat, est un « franc succès » et s’inscrit dans l’envie « de fidéliser les employés de Carrefour qui ont un réel potentiel », affirme Bruno Empereur. Ces cours sont ouverts à tous, toutes les nationalités sont représentées, ainsi tous les métiers aussi. En effet, parmi les 50, « cinq sont des cadres qui ont eu la franchise d’admettre qu’ils avaient quelques difficultés, notamment en orthographe », rapporte le directeur du Carrefour de Stains.

Les cours sont dispensés gratuitement et compris dans le temps de travail des salariés. Les 50 employés inscrits dans la formation Evolupro sont partis pour 180 heures de cours, d’octobre à juin 2008. En espérant qu’à la fin, ils s’épanouiront dans leur travail, dans leur vie et dans leur pays, la France.

Zineb Mirad

Zineb Mirad

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020