Il se trouve que ces derniers temps, le temps ne me manque pas. J’en profite donc pour vous écrire ce récit plein de désespoir et pas vraiment motivé. Il y a encore quelques jours, ce temps-là je le prenais pour réviser le code de la route que j’essaye, en vain, de passer depuis trois mois. Il y eut des périodes où mon enthousiasme était au plus haut, où je me voyais déjà dans une épave de jeune conducteur trouvée à 500 euros sur Le Bon Coin avec le petit A derrière, à déposer mes potes un peu partout et surtout à diviser par six mon trajet pour me rendre à l’université.

Pourtant, le choix de passer mon permis n’a pas été simple. Difficile de convaincre le portefeuille de ce choix qui met en péril tout loisir durant plusieurs mois. De plus, je ne compte plus les connaissances qui, ont réussi à décrocher le petit papier rose après quelques milliers d’euros dépensés et de l’énergie à tout va. Rajoutons à cela les magouilles des auto-écoles pour faire prendre plus d’heure de conduite à leurs élève qui ne sont, évidemment, pas gratuites.

Pour les pauvres comme moi, un code à 30 euros avec la Poste  !

En recherchant une alternative aux 300/400 euros réclamés pour passer simplement le code, un miracle s’est présenté à moi : le passage du code en candidat libre pour 30 euros. Oui, vous avez bien lu, 30 euros avec La Poste !

Comparés aux 300 à 400 euro que demandent les auto-écoles, cela me paraissait plus que raisonnable. Je pouvais enfin entamer ma démarche pour obtenir mon permis de conduire, ma délivrance était effective et j’étais désormais presque sûr de l’obtenir en moins de trois mois, mais il subsistait un problème : quelle au-école allait me prendre alors que je n’avais pas obtenu le code par leur intermédiaire ?  

Comme une première nouvelle n’arrive jamais seule, voici que je découvre « auto-école.net », une auto-école en ligne qui propose des prix défiant toute concurrence allant du code + permis au permis seul tout format d’heure. C’est décidé, je passerais donc le code en candidat libre puis-je m’inscrirais à des heures de conduite sur auto-ecole.net. Cela me paraissait cependant trop facile et trop beau pour être vrai, il devait forcément y avoir un loup.

          Fort de cette découverte je me mets a réviser le code, mais n’étant pas en auto-école je cherche donc sur internet des moyens de le préparer gratuitement. Le voilà le loup ! Il est impossible de pouvoir s’entraîner sur des séries de qualité sans payer pour obtenir un service adéquat. Après quelques séries suspectes, je me décourage une première fois me disant que les transports en commun finalement, c’st as si terrible et en me consolant avec les augmentations de carburant du début d’année qui me permettrait d’économiser l’argent que je n’aurais jamais eu à dépenser ! Le salut est venu d’une amie qui avait obtenu son code via une auto-école et qui me donne alors ses identifiants et mot de passe pour réviser à distance. Me revoilà motivé comme jamais.

NEPH, ANTS, DDT, préfecture et mal de tête !

Sûr de moi et avec en tête ma future voiture, j’empoigne ma carte de crédit et je décide de prendre une date d’examen. C’était bien trop facile : pour passer le code en candidat libre, il faut un numéro NEPH qui est délivré après une demande de permis de conduire sur le site de l’Agence Nationale des Titres Sécurisés (ANTS). Je me rends donc sur le site, je créé un compte comme demandé, fais ma demande de permis, imprime mon dossier et l’envoie avec les pièces justificatives requises a l’adresse indiqué. À peine trois semaines après cette démarche, mon dossier est validé et je dispose d’un justificatif de demande de permis de conduire avec un numéro NEPH, le Numéro d’Enregistrement Préfectoral Harmonisé, rien que ça ! Toujours sûr de moi, motivé et avec en tête ma future voiture, souvenez-vous !, j’empoigne ma carte de crédit et décide donc de prendre une nouvelle date d’examen, mais voici un troisième loup ! D’après le site de la Poste, mon dossier n’est pas valide et je ne peux, donc, pas prendre de date d’examen. Je m’empresse d’envoyer un message à l’organisme de la poste qui gère cela, qui m’envoie vers la préfecture de Seine-Saint-Denis. J’appelle donc la préfecture, le standard me répond, je demande le service des permis de conduire, ils me mettent en relation et là comme si mes péripéties jusque là n’étaient pas suffisantes, une voie enregistrée m’apprend que la préfecture ne gère plus les permis depuis le mois de septembre et que je dois transmettre ma doléance sur le site de l’ANTS ! Je retourne donc sur le site, écris dans la rubrique « Contactez-nous » et transmets mon problème.

Quelques jours plus tard l’ANTS me répond que mon dossier est bien valide. Rassuré, je prends une semaine pour réviser et toujours sûr de moi, motivé et avec en tête ma future voiture, j’empoigne ma carte de crédit et décide donc de prendre une nouvelle date d’examen. Mais voilà : mon dossier n’est toujours pas valide selon la Poste. Je renvoie dans la foulé un message à l’ANTS dont je reçois la réponse « Veuillez prendre contact avec la Direction Départementale des Territoires de votre département (DDT) pour réactiver votre numéro NEPH ». Voilà qu’on me parle d’une administration dont je n’ai jamais entendu parler et dont le nom est aussi obscur que la démarche pour obtenir le permis en candidat libre. Après plusieurs recherches sur internet et un appel a témoin via le Snapchat du Bondy Blog, je ne trouve personne capable de m’aider…

Il m’est donc impossible pour l’instant d’entamer mon permis de conduire ! Me voilà donc à retourner à mes trajets quotidiens pour me rendre à l’université et à rentrer à pied chez moi lorsque nos conférences de rédaction se finissent tard et que le bus ne passe plus…

Tamim GARDE

Articles liés

  • Privatisation : les agents de la RATP défient la loi du marché

    Après une grève historique le 18 février 2022, les salariés de la RATP, s’estimant négligés par la direction, se sont à nouveau réunis pour poursuivre leur mobilisation. En cause, toujours, des revendications salariales, mais surtout, une opposition ferme au projet de privatisation du réseau de bus à l’horizon 2025. Reportage.

    Par Rémi Barbet
    Le 26/03/2022
  • Dix ans après Uber : les chauffeurs du 93 s’unissent pour l’indépendance

    Une coopérative nationale de chauffeurs VTC, basée en Seine-Saint-Denis, va naître en 2022, plus de dix ans après l'émergence du géant américain. En s’affranchissant du mastodonte Uber, les plus de 500 chauffeurs fondateurs de cette coopérative souhaitent proposer un modèle plus vertueux sur le plan économique, social, et écologique. Après nombre de désillusions. Témoignages.

    Par Rémi Barbet
    Le 14/02/2022
  • À Stains, Moulinot créé de l’emploi grâce aux biodéchets

    L’entreprise Moulinot s’est installée à Stains, en Seine Saint-Denis en 2019. Pionnière de la collecte et de la valorisation des biodéchets en France, elle contemple aujourd’hui un avenir économique radieux. Entreprise d’économie sociale et solidaire elle souhaite former à ces nouveaux métiers et créer de l’emploi sur le territoire. Reportage.

    Par Rémi Barbet
    Le 12/01/2022