« Les langues étrangères valent plus que les diplômes. »

A l’école, Farid était un « grand sécheur », mais depuis, les expériences se sont succédées: six mois dans la mécanique, deux ans de plomberie pour obtenir un CAP et quelques mois en tant qu’agent d’entrepôt, à l’aéroport de Roissy. Ensuite, « Emploi jeune » lui a offert un contrat de deux ans comme « Grand frère », à la RATP: « Neuf cents euros par mois pour être toujours en mouvement, dehors, gérer des situations difficiles, tout en sachant que la RATP n’engagera jamais en fixe. » Après un an et demi, il renonce. Il appelle alors la ANPE, début novembre, mais n’obtient un rendez-vous qu’à la fin décembre. S’il frappe à la porte de la Mission Locale, c’est aussi pour se donner les moyens de devenir « chauffeur de maîtres ». Pour cela, il doit passer un permis de conduire « de grande remise » et apprendre l’anglais. Son ASSEDIC (les 70% du précédent emploi si on a déjà travaillé l’équivalent de six mois) ne suffit pas pour suivre une formation à l’école « Wall Street », 2250 euros par année.

 

« Si on envoie notre photo, on n’a pas de réponse. »

Cela fait à peine un mois que Suzanne a quitté ses Antilles pour s’installer à Bondy. L’Atelier Emploi rayonne de son enthousiasme. « La Mission locale m’est d’une aide incomparable. Quand on n’a pas trop d’argent, le téléphone, les timbres et Internet coûtent chers… » Pour l’instant, Suzanne n’a reçu que deux réponses, négatives. Elle ne se laisse pas désespérer par les déceptions de ses amis. Au Concours de la Police, un ami antillais a obtenu 4/20 à l’oral, alors qu’il connaissait sa théorie sur le bout des doigts. Un autre ne recevait des réponses des employeurs que lorsqu’il ne mettait pas sa photo sur le CV.

 

 » Pour aller à la Sorbonne, il n’y a qu’à s’inscrire »

Ne pouvant plus s’offrir un loyer parisien, Kaoula est venue s’installer avec sa mère à Bondy, il y a six ans. En première année de Droit à la Sorbonne, elle ne se sent pas la force d’étudier encore sept ans pour devenir avocate, ne veut attraper le « syndrome Tanguy » et cherche son indépendance. Elle est venue à la Mission Locale pour se renseigner sur les formations d’hôtesse de l’air.
 

Par Blaise Hofmann

 

Blaise Hofmann

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020