Litchy (ma sœur) et Nadia, 14 ans toutes deux, sont copines, en troisième et vivent en ce moment le gros « stress » de la recherche d’un stage. Il y a sept ans, j’étais dans la même situation et je m’en souviens encore comme si c’était hier. On cherche, on cherche mais au final, on ne trouve pas ce qu’on cherche.

On se retrouve à faire un truc à l’opposé total de l’idée de départ. Et puis, à cet âge-là, on vise haut. « Je voulais faire mon stage dans un cabinet d’avocat parce que je suis intéressée par le droit, explique Litchy (à droite sur la photo, avec Nadia), alors je suis allée voir trois avocats différents qui m’ont tous fait la même réponse: non ! Ils me disaient: « Ah non, je ne prends pas de stagiaires » ou bien, « Je prenais des stagiaires mais ils faisaient n’importe quoi alors je n’en prends plus ! » »

« Moi, raconte Nadia, j’avais visé Paris, je voulais travailler à Gucci, aux Champs-Elysées… La première fois que j’ai entendu « stage », j’étais trop contente, je me voyais déjà loin, jamais je n’aurais pensé que je serais resté à Bobigny. » Les désillusions ne se sont pas fait attendre pour nos deux ambitieuses. « J’avais l’impression de chercher du travail pour nourrir ma famille, plaisante Litchy, jamais je ne me suis pris autant de bâches. Jean-Louis David, Jennyfer, des copains et des copines, tous ont eu la même réponse : non ! Parfois, on sait à l’avance qu’on ne va pas être prise mais on y va quand même. »

Bon, les filles, finalement, vous le faites où, votre stage? « A la maternelle, à Bobigny », pour Nadia. « A l’AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville) » pour Litchy. Comment avez-vous trouvé une place ? « Grâce à la mère du petit que ma mère garde », répond Nadia. Litchy fait preuve de reconnaissance : « Heureusement que les grandes sœurs sont là ! » Rires.

Alors, contentes ? Litchy : « Moi, ça va. » Nadia : « Je suis très, très, très déçue, en plus j’avais aussi essayé de postuler dans un hôpital, euh… Lariboisière, mais ils m’ont dit que j’étais trop jeune. Notre âge est un gros problème pour trouver un stage et puis les profs ne nous aident pas assez. Je sais que c’est parce qu’ils veulent qu’on se débrouille tous seuls, mais j’aurais voulu qu’ils nous aident un peu plus. » Ceux qui n’ont pas trouvé de stage « feront leur stage au collège, les pauvres ». Elles éclatent de rire.

L’avenir, maintenant. « Je voudrais être sage-femme, travailler avec les enfants et être bien payée. C’est la télé qui m’a donné envie de faire ce métier. Au début, mon choix, c’était puéricultrice mais je voulais être au-dessus d’elles, alors j’ai changé », affirme Nadia avec aplomb. Et Litchy ? « Je veux vraiment devenir avocate parce que j’aime bien parler, me justifier, défendre les gens et… l’argent. » Nadia se met à rire: « Tu rêves ! Avocate ? C’est pas possible, déjà, tu pars mal, t’es mal localisée pour ça. » Nadia précise ce qu’elle veut dire : « Je pense qu’on est un peu en compétition avec les autres, les Parisiens par exemple, mais on ne leur arrive pas à la cheville. – Tu penses vraiment ce que tu dis ? – Oui », dit-elle, toujours avec le sourire.

Ndembo Boueya

Ndembo Boueya

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020