Depuis l’avènement des smartphones, nombreux l’utilisent pour jouer mais les amateurs de jeux vidéos préféreront la console de jeux. Ces derniers trouveront leur bonheur dans les boutiques de jeux vidéos, internet, centres commerciaux… Certaines petites boutiques de jeux vidéos rencontrent certaines difficultés. Explication avec un gérant de boutique de jeux vidéos.

Alors que le rachat des boutiques Game par Micromania, Game Cash et Free vient d’être finalisé, on peut se demander ce qu’il va advenir de nos petites boutiques indépendantes de jeux vidéo. Située à proximité de la mairie d’Ivry-sur-Seine, la boutique Games Avenue existe depuis neuf ans. A cette époque, il y avait une autre boutique de jeux vidéo située à peine à 200 mètres, Stock Game. Celle-ci a disparu. Il semble que l’avant-dernier gérant a eu le nez creux en revendant son enseigne en 2009, peu de temps avant sa fermeture. Mais revenons-en à Games Avenue et à son gérant, j’ai nommé Raul.

Pouvez-vous faire des soldes quand vous le souhaitez?

Non. Par-contre je peux faire des promotions. C’est pareil. La différence c’est pour les gens. Quand ils voient « soldes », ça fait briller leurs yeux. On fait des promotions toute l’année.

Que pensez-vous de la fermeture des boutiques Games? 

 C’est chaud mais il y aura toujours un besoin de jeux. Malgré internet je pense qu’on peut continuer mais il va falloir se tourner vers ce média.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA Que pouvez-vous faire par rapport à internet?

 Passer du temps avec les gens et les conseiller. Par exemple pour la 3D sur la Nintendo 3DS, tu aimerais savoir comment ça marche. On peut te faire tester. Ensuite, ce qu’on est les seuls à proposer, c’est que si vous achetez chez nous un jeu d’occasion et qu’il ne vous plaît pas, vous avez deux jours pour l’échanger contre un autre. Il y a des gens qui viennent ici pour se renseigner sur des jeux et qui les achètent ensuite sur internet. Ça, on ne l’empêchera pas. À nous d’apporter cette valeur ajoutée qui fera qu’une personne déboursera une pièce de plus pour acheter chez nous.

Et les supermarchés?

 Il y a des choses contre lesquelles on ne peut pas lutter. On ne peut pas aligner les prix. C’est la loi du marché. Le côté déloyal des choses. C’est le jeu. Ça l’a toujours été. En période de Noël, Carrefour vend une console en cassant les prix car tu achètes ton champagne et la galette des rois à côté. Mais Carrefour ne propose pas des produits d’occasion.

Comment avez-vous vu évoluer le jeu vidéo?

 Grâces aux tablettes, des gens découvrent le jeu vidéo et se mettent à la Nintendo DS car il y a un  jeu sur cette console qui n’est pas disponible sur tablette. Ça les amène à se tourner vers les « purs games ». On ne peut pas comparer les jeux sur tablette aux jeux sur console. Après, celui qui fait le gratte-sous, ce n’est pas un vrai gamer. C’est quelqu’un qui a besoin de s’occuper 15-20 minutes dans la journée, pendant qu’il est sur le trône en train de ch… Un jeu à 70 centimes sur Androïd lui suffira. Ce n’est pas mon client.

Les prochaines Playstation et XBOX risquent de marquer la fin du jeu d’occasion. Qu’en pensez-vous?

  J’entends les développeurs de jeux. Quand tu as vendu ton jeu neuf, tu ne touches de l’argent qu’une seule fois. Alors que nous (les boutiques), on peut en toucher plusieurs fois. Si on instaurait une taxe sur les jeux d’occasion, ils ne diraient rien et seraient contents. Ainsi, ils toucheraient à chaque fois de l’argent. Ça les dérange mais ça a toujours été comme ça. Et maintenant ils se mettent à dire que ce n’est pas normal. C’est de l’hypocrisie. Si demain on ne vend que du neuf, là on sera mal. Car aujourd’hui, c’est la crise. Si tu ne vends que des jeux à 70 euros, qui va les acheter? Personne. Quand un jeu neuf sort, au bout de deux jours, il y a des gens qui demandent si je l’ai en occasion.

Quid des joueurs qui se passent des boutiques pour vendre et acheter des produits directement entre particuliers?

 C’est normal. Il y a quelques années, j’achetais des jeux sur Ebay. Mais plus maintenant car les particuliers vendent leurs jeux au même prix que chez moi. Les gens voient dans une boutique une console en occasion à 129 euros, ils mettent en vente la leur au même tarif. Avant, ils la proposaient moins cher.

Mais n’est-ce pas préjudiciable?

  Si, mais ça existe depuis longtemps et ça n’a pas pour autant fait baisser mon chiffre d’affaires. Tout le monde n’est pas prêt à aller chez quelqu’un pour s’acheter une console. Nous garantissons nos produits d’occasion. Un particulier ne le fait pas.

 

Olufémi Ajayi

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020