Une pièce d’identité, un c.v. et la carte vitale : voilà les papiers à fournir pour être inscrit dans une agence d’intérim. Et après, bonjour les missions variant de quelques jours à quelques semaines. A 25 ans, Mickael connaît le statut d’intérimaire depuis 7 ans. On est loin des 2 ans d’essai promulgués par la loi sur le CPE ! En 7 ans, ce mécanicien est donc passé par une usine Citroën, des petites entreprises de manutention et une société de serrurerie. Pour quel revenu ? Le SMIC soit 8 euros brut de l’heure pour ses missions d’un jour et 1300 euros brut pour un emploi au mois. Le jeune homme a choisi de s’inscrire dans deux agences d’intérim de Livry-Gargan et une d’Aulnay-Sous-Bois qui se chargent de lui trouver une entreprise puis de le mettre en relation directe avec le patron. « La procédure est plus facile », me lance-t-il d’un air banal. A Bondy, l’unique agence d’intérim implantée au milieu des cités nord accueille seulement des demandeurs d’emploi qui doivent être inscrits à l’ANPE depuis plus d’un an. Mickael est au chômage depuis 6 mois.

Même s’il peut chercher du travail à l’ANPE, le jeune homme préfère se rendre à l’intérim. Selon lui, « le mieux est de poser son dossier un peu partout pour avoir plus de chance de trouver le taf qui convient ». Parmi les 9,6 % de chômeurs en France, quelques personnes font en même temps des courtes missions mais pas assez pour sortir des chiffres du chômage. Bien sûr, Mickael est loin d’être le seul à procéder de la sorte. Quand il trouve un travail par le biais de son agence d’intérim, il le signale aux Assedic. Alors que d’autres personnes ne déclarent pas leurs missions, lui me précise d’un léger sourire : « Juré, je n’en profite pas »

Avec ses diplômes, un CAP Mécanique et un BEP Structure mécanique en poche, Mickael est un mec simple : « Je préfère mille fois le travail manuel plutôt que travailler assis derrière un  bureau ». Il a fait de l’intérim un style de vie dont il dit profiter : « j’aime changer de lieu. J’aménage mes temps de loisirs et de vacances avec moins de contraintes. Pour obtenir mes crédits, j’ai pu me débrouiller jusqu’à présent ». Mickael a trouvé un moyen de s’approprier le système. De son côté, l’intérim, synonyme de missions précaires à répétition, a su faire son nid dans le marché du travail.

Par Nadia Boudaoud

Nadia Boudaoud

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020