Devenir journaliste est le rêve de nombreux étudiants aujourd’hui. Cependant, en France pour percer dans ce métier il y a deux solutions : avoir un bon carnet d’adresses ou bien intégrer une école à 7 000 euros l’année. Martin a 22 ans, il habite à Etampes (91) et est actuellement étudiant au CFJ en alternance avec Radio France. Il a tenté l’expérience de La Chance Aux Concours durant sa troisième année de licence. Et si, au départ il n’y croyait pas vraiment, il a vite remballé ses doutes et s’est forgé une vraie place au sein de cette prépa : « Au-delà du simple objectif du concours, cette prépa plus communément appelé la CAC est aussi une aventure humaine géniale ».

Le fait de se retrouver avec des personnes fixées sur le même objectif que lui l’a motivé : « Personnellement, j’avais peu, voire aucun ami qui souhaitait devenir journaliste. Partager cette envie avec 23 autres élèves est quelque chose d’enrichissant. En plus, on avait tous des sensibilités différentes, des profils différents. On s’est donc tous enrichis mutuellement, sans qu’il n’y ait réellement de compétition entre nous. On travaillait sérieusement, on a beaucoup rigolé aussi au cours de cette année. Et puis aujourd’hui les autres membres de la promo sont quasiment tous restés de vrais bons potes. »

Mais derrière le côté humain et social, il ne faut tout de même pas oublier l’objectif principal : « En intégrant la prépa, le but était clair : avoir une école, peu importe laquelle. Et je pense que c’est important d’avoir cet objectif en tête pour faire cette prépa. Car aller en cours le samedi, en plus de la fac, alors que tes amis sont en train de s’amuser, c’est pas forcément facile. En tout cas au début. Parce que très vite, les CACeux, comme on s’appelle, deviennent des amis et on était content de se retrouver le samedi après-midi C’est un sacrifice, mais un sacrifice plus facile à faire en ayant ça dans la tête. »

Après neuf mois de travail intensif, pour Martin, cette prépa a sans aucun doute été bénéfique « Pour ma part, cette prépa a été couronnée de succès puisque j’ai été admis dans quatre écoles en juillet (IFP, IPJ, EJT et CFJ). Un truc que j’aurais même pas cru possible neuf mois plus tôt. Dans l’ensemble, c’est toute la CAC qui a bien marché puisque 16 des 24 élèves de la promo ont été admis dans une école, sans compter ceux des promos précédentes qui ont retenté leur chance. » A côté des « chanceux », on a quelques malheureux, confie Martin : « Quant aux huit élèves qui n’ont rien eu, je reste persuadé qu’ils auront quelque chose parce que c’est vraiment des personnes géniales et des journalistes qui vont devenir très compétents. ».

Pour Martin, l’aventure se résume en quatre principes : une bonne ambiance, un travail sérieux, une réussite certaine et une réelle aventure humaine. Il avouera que préparer les concours à plusieurs est beaucoup plus enrichissant et bénéfique que les préparer tout seul dans sa chambre. Alors pour tous ceux qui hésitent encore, foncez.

Jessica Fiscal

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020