« Tu trouves d’aussi bons gâteaux ici ? », se sont étonnés divers amis parisiens. Pensaient-ils que notre banlieue ne pouvait accueillir d’excellents pâtissiers ? Mais il n’y a aucune raison pour que nous en soyons privés. Pendant les fêtes, c’est l’effervescence dans la pâtisserie de madame Donnette. Animation garantie : la boutique ne désemplit pas, le téléphone sonne régulièrement pour des commandes… « Je suis vraiment très occupée jusqu’à la mi-janvier ». Entre deux clients, madame Donnette et ses deux vendeuses ne cessent de remplir de jolies boîtes : de chocolats, de truffes, de marrons glacés…

Madame Donnette, comment  cet étonnant  « 9-cube » est-il né ?
Le « 9-cube » existe depuis  3 ans. L’idée de départ était de fabriquer un gâteau ayant une forme originale : un cube. Quelques essais ont été nécessaires pour mettre au point la formule actuelle.

Je n’ai pas vu très souvent le « 9-cube » en vitrine : faut-il le commander ?
Les gâteaux « 9-cube » sont fabriqués principalement sur commande, au minimum 48 heures à l’avance. Pour Noël, la fabrication de la bûche « 9-cube » à débuté le 21 décembre et elle s’est jusqu’au dimanche 25 décembre. Les bûches crème au beurre voient leur apparition un peu plus tôt, dès le week-end précédent celui de Noël.  Des bûches glacées sont également proposées.

Un tag multicolore bien réussi décore ce « 9-cube » : d’où vient son modèle ?
Ce tag a été créé en association avec de jeunes taggeurs de Bondy que mon mari connaît car il est administrateur à la mission locale depuis plusieurs années.

Quelles bonnes choses composent ce « 9-cube » si délicatement parfumé ?
Une bavaroise chocolat au lait et une crème brûlée avec du thé au jasmin…

Quelle a été votre première impression en arrivant à Bondy ?
Une bonne impression…

Depuis quelques mois, vous proposez un dépôt de pain et du thé…
Nous sommes arrivés à Bondy en 2000. Dès le début, nous avons proposé nos pains maison : baguettes à base d’épeautre, pain aux six céréales, pain bûcheron. Récemment, nous avons ajouté un dépôt de baguette blanche. Et depuis 2010, nous proposons un choix de thés, y compris deux variétés pour la fin de la journée : « Oolong de Chine » et « douceur du soir ».

Avez-vous remarqué une évolution dans votre activité ?
Ma clientèle a rajeuni. Depuis quatre ans, le « ticket moyen » a baissé. Nous proposons une carte de fidélité que nous avons maintenue. Je vois un seul problème à Bondy : au téléphone, les clients sont désagréables  avec mes vendeuses. Ils leur posent beaucoup de questions, ils ne leur font pas confiance.  Je les ai choisies,  mes vendeuses, tout de même ! Mais au téléphone les clients me réclament !

Marie-Aimée Personne

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020