EUROPEENNES 2014. L’Europe c’est une zone de libre échange, une monnaie, une union politique mais aussi un réseau d’entrerpises. Randstad fait partie de celles installées en France et plus précisément en Seine-Saint-Denis. 

Lorsque nous demandons à Abdel Aïssou, directeur général de Randstad France, s’il a déjà envisagé de déménager le siège de son groupe dans les beaux quartiers parisiens, la réponse est claire et concise : « Jamais. Ce n’est absolument pas dans l’intérêt de notre entreprise. » Randstad, entreprise néerlandaise spécialisée dans l’intérim et les ressources humaines, est installée en France depuis 1973. Déjà VedioBis, rachetée par Randstad, était à Saint-Denis. L’entreprise décide de rester en banlieue.

Si le grand patron évoque d’abord des questions éthiques et de valeurs sociales à rester dans ce quartier, il concède tout de même une rationalité financière dans ce choix. « Le foncier y est 30% inférieur », rappelle-t-il. La coupe du Monde 1998 et le développement de la Plaine Saint-Denis le conforte dans son choix. Le lieu est connecté aux transports en commun et à proximité du carrefour de l’A1/86 et de Roissy. Malgré cela, Abdel Aïssou n’est pas totalement satisfait et voit des améliorations possibles : « Il y a plus d’arrêts à la station ”Stade de France” c’est bien, commente-t-il, mais je pense qu’il pourrait y avoir d’avantage de multimodalités ainsi que d’avantage d’offres de transports dans la journée. » Un enjeu d’importance pour son entreprise ou plus d’un tiers du personnel disposent du Pass Navigo.

La Plaine Saint-Denis, le directeur général l’a vu évoluer et apprécie la multiplication des commerces de proximité, entre autres, qui rendent le lieu plus attrayant pour le personnel. Malgré les atouts de ce quartier, la Plaine Saint-Denis pâtit toujours d’une image négative qui colle au 93. Une étude récente de l’Ifop révèle que seulement 1% des cadres voient dans la Seine-Saint-Denis « un lieu optimum de performance pour leur entreprise ». Par contre, 77% des cadres y travaillant se disent satisfaits de leurs locaux.

« La France est toujours attractive »

Randstad France, premier pôle de la filiale mondiale essaie de faire une place importante à l’aspect humain dans l’entreprise. Abdel Aïssou a d’ailleurs fait de l’égalité salariale l’un de ses chevaux de bataille. Une volonté affichée dès la première page du site internet qui évoque des conditions de travail, « dans le respect des valeurs d’égalité des chances.” Déjà en 1983, l’énarque d’origine kabyle marchait pour l’égalité. Un travail qui visiblement fait ses preuves puisque le groupe Randstad France a obtenu le double label « Diversité et Egalité professionelle ».

Si beaucoup d’entreprises de la Plaine Saint-Denis sont critiquées pour faire venir leurs salariés de Paris, Abdel Aïssou affirme donner une grande importance à embaucher localement. Près de 20% des salariés du siège de Saint-Denis vivent dans le département.  « La greffe a vraiment pris, assure-t-il. Nous ne sommes pas hors-sol. » Et pas question de penser que ses employés sont recrutés parmi les non diplômés : « Notre vivier de recrutement est à BAC+2, cadre RH ! Il ne faut pas avoir de préjugés, il y a de jeunes diplômés en Seine-Saint-Denis. »

Face au marasme ambiant, le discours tenu par le DG détonne : « La France est toujours attractive, ce n’est pas pour rien que General Electric veut venir s’installer, affirme-t-il. Mais je pense qu’il faut faire en sorte que les entreprises se sentent les bienvenues. » Même si la législation française est plus stricte qu’aux Pays-Bas, l’entreprise s’en accommode et voit d’un bon œil l’accord national interprofessionnel. Aujourd’hui, Randstad France est le pôle le plus important de la filière mondiale avec un chiffre d’affaire de 2,83 milliards d’euros en 2013 et 3 800 employés dont 800 environ travaillent au siège.

Charlotte Cosset

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020