Depuis l’affaire des animateurs de Gennevilliers suspendus pour jeûne, la France entière se demande peut-être si on peut s’occuper d’enfants en faisant le ramadan. Pour Hassina, assistante maternelle, la réponse est oui : « Ça fait 20 ans que je garde des enfants, parfois 4 en même temps, et j’ai jamais manqué un jour de jeûne».

Hassina, 57 ans, est agrée par la PMI, la protection maternelle infantile, qui effectue  régulièrement des contrôles dans son pavillon de Bondy. L’organisme n’a jamais soulevé le problème : « Personne dans ma hiérarchie n’a jamais évoqué le fait que le ramadan puisse être un souci dans notre travail. Pourtant nous avons eu beaucoup de cours et une formation avant d’obtenir l’agrément.».

Certes, elle avoue que les premiers jours de ramadan sont un peu fatigants : « Mais le mois passe vite, et je n’ai jamais eu de problème pendant le jeûne, avec aucun des 78 enfants que j’ai gardés dans ma carrière. »

Et qu’en pensent les parents ? «Comme c‘est un métier basé sur la confiance, je les mets toujours au courant que je jeûne. Aucun d’eux ne s’est jamais plaint, pourtant la plupart des parents qui m’ont confié leurs enfants ne sont pas musulmans». La réaction de Hassina si jamais un des parents lui reproche un jour sa pratique du jeûne ? «Je lui dirais de m’apporter les preuves que son enfant est moins bien traité pendant le ramadan. » Je rétorque à cette professionnelle qu’un parent pourrait toujours lui dire qu’il préfère prendre zéro risque avec son enfant. Hassina répond : « Le risque zéro n’existe pas. Même si on a l’enfant H24 devant soi, qu’on ne le quitte pas des yeux, qu’on lui donne des jouets en mousse, une météorite peut toujours nous tomber dessus, par exemple».

Je demande à Hassina si des parents se sont un jour inquiétés de confier leur enfant à une personne qui pratique l’islam : « Jamais ! Les gens qui ne m’accepte pas je ne les accepte pas. Pour eux, ramadan= gâteaux. Et puis mon métier et la religion sont deux choses différentes. Un enfant n’a pas besoin de mosquée, de synagogue ou d’église. Un enfant a besoin de soin, d’attention et de beaucoup d’affection.»

« Et puis rajoute-t-elle, comme les parents sont tolérants sur le ramadan, je leur rends la politesse à noël : je mets un sapin spécialement pour les enfants que je garde. »

Quant à la polémique concernant les animateurs de Gennevilliers, Hassina affirme que l’important dans tous les emplois : « C’est le devoir moral de bien faire son travail. Le boulot, surtout avec les enfants, ce n’est pas seulement la paye à la fin du mois. Pour les animateurs de Gennevilliers je pense qu’on peut leur reprocher de mal faire leurs tâches si c’est le cas. Mais si ça ne l’est pas, on a pas à leur reprocher de faire le ramadan.»

Idir Hocini

Sur le même sujet :

Ramadan: un autre animateur renvoyé

Un contrat de travail peut-il empêcher de faire le ramadan?

Gennevilliers les animateurs pourront jeûner

Tu fais le ramadan? T’es viré!

« Si on n’a pas le droit de choisir notre regime alimentaire… »

Articles liés

  • Racisme et harcèlement sexuel en open space : elle poursuit son entreprise en justice

    Des insultes en plein open-space, des agissements sexistes jusqu'au harcèlement sexuel. Tel a été le quotidien de Nora dans la société d'informatique Evernex International à Aulnay-sous-Bois. Après des années de silence, elle a décidé de poursuivre son entreprise en justice. Témoignage.

    Par Anissa Rami
    Le 14/10/2021
  • Dans les quartiers, le nouveau précariat de la fibre optique

    Un nouveau métier a le vent en poupe dans les quartiers populaires : raccordeur de fibre optique. Des centaines d’offres d’emploi paraissent chaque jour, avec la promesse d’une paie alléchante. Non sans désillusions. Reportage à Montpellier réalisé en partenariat avec Mediapart.

    Par Sarah Nedjar
    Le 04/10/2021
  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021