Dans le quartier de Blanqui, Mohammed connaît tout le monde, les gens s’arrêtent, on discute. Un gars arrive en camionnette, il a 38 ans, il s’appelle aussi Mohammed. Il a créé une petite entreprise de transports il y a deux ans et demi, Cmanh Trans, à Bondy. Les deux Mohammed discutent, et à un moment, il y a un quiproquo au sujet du Smic. « C’est 950 euros par mois », dit l’un. « Mais non, c’est 1350 euros », réplique l’autre. Ils s’expliquent, et on finit par comprendre que l’un parle du salaire net (touché par l’employé), et l’autre du salaire brut (versé par l’employeur). – Moi aussi avant je parlais comme toi, dit le jeune entrepreneur, mais maintenant je vois ces chiffres différemment… Cela dit, son propre salaire n’est pas beaucoup plus élevé. Electrotechnicien, il m’explique que depuis l’âge de 22 ans, son salaire avait baissé à chaque nouvel emploi. 

« Pourtant ça se passait bien, on me donnait des responsabilités, les patrons étaient contents, mais chaque fois que je demandais une augmentation de salaire, ils répondaient: pas maintenant, je ne peux pas. » Résultat: il gagnait 14 000 francs à 22 ans, et à 35 ans, à son dernier emploi avant de créer son entreprise, 1 400 euros… Maintenant, Mohammed le transporteur tourne dans les mêmes eaux, il se bat pour son entreprise – mon bébé, dit ce célibataire – et se plaint de ne pas arriver à décrocher des commandes de la mairie, qui préfère des entreprises plus grandes. « Sur votre blog, essayez de montrer ceux qui veulent faire des choses, il y en a plein ici », conclue-t-il avant de sauter dans sa camionnette. OK. Moi aussi il faut que je file. Un rendez-vous… 

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Privatisation : les agents de la RATP défient la loi du marché

    Après une grève historique le 18 février 2022, les salariés de la RATP, s’estimant négligés par la direction, se sont à nouveau réunis pour poursuivre leur mobilisation. En cause, toujours, des revendications salariales, mais surtout, une opposition ferme au projet de privatisation du réseau de bus à l’horizon 2025. Reportage.

    Par Rémi Barbet
    Le 26/03/2022
  • Dix ans après Uber : les chauffeurs du 93 s’unissent pour l’indépendance

    Une coopérative nationale de chauffeurs VTC, basée en Seine-Saint-Denis, va naître en 2022, plus de dix ans après l'émergence du géant américain. En s’affranchissant du mastodonte Uber, les plus de 500 chauffeurs fondateurs de cette coopérative souhaitent proposer un modèle plus vertueux sur le plan économique, social, et écologique. Après nombre de désillusions. Témoignages.

    Par Rémi Barbet
    Le 14/02/2022
  • À Stains, Moulinot créé de l’emploi grâce aux biodéchets

    L’entreprise Moulinot s’est installée à Stains, en Seine Saint-Denis en 2019. Pionnière de la collecte et de la valorisation des biodéchets en France, elle contemple aujourd’hui un avenir économique radieux. Entreprise d’économie sociale et solidaire elle souhaite former à ces nouveaux métiers et créer de l’emploi sur le territoire. Reportage.

    Par Rémi Barbet
    Le 12/01/2022