Aujourd’hui, tout le monde connaît l’histoire d’Adama Cissé. Si jamais vous l’avez loupée, c’est celle d’un agent de propreté qui a été pris en photo, à son insu, en 2018. Sur cette photo, il dort sur le bord d’une vitrine, ses chaussures sont posées au sol. La photo est rapidement postée sur les réseaux sociaux avec une légende répugnante.

En plus de la publier sur Twitter, la fameuse Catherine a posté sa photo sur la page Facebook de la matinale de Jean-Jacques Bourdin sur RMC. L’objectif étant clairement de médiatiser et donner un maximum d’écho à ce cliché plein d’indignation.

Moi, ce qui m’indigne c’est qu’on puisse prendre une photo pareille, se révolter qu’un monsieur soit allongé dans ces conditions, et la poster volontairement sur les réseaux sociaux en dénonçant un truc dont on n’est même pas sûr. Parce que Catherine ne connaît rien de l’histoire d’Adama. Parce qu’elle prend sa photo sans lui demander son accord, sans même lui demander si ça va. Parce que Catherine ne considère finalement pas Adama comme un être humain qui peut être malade ou fatigué. Comme si un éboueur n’était destiné qu’à ramasser les poubelles.

Ce qui est d’autant plus révoltant, c’est qu’Adama a perdu son travail après cette histoire. Il est licencié pour faute grave par Derichbourg, son employeur. Il avait expliqué que son service était terminé et rappelé la pénibilité se sa fonction : « On descend et on remonte sans arrêt du camion », a-t-il expliqué. En vain. Alors, Monsieur Cissé a contesté ce licenciement et le mardi 14 janvier avait lieu l’audience aux Prud’hommes.

L’avocat d’Adama Cissé assure que c’est la pénibilité de son travail et une douleur à la cheville qui l’ont poussé à faire une pause en se déchaussant. La société, quant à elle, a nié avoir eu connaissance de sa blessure. La décision sera donnée le 19 juin 2020.

Sans des Adama, aurions-nous un pays si propre ?

Au delà de la réponse radicale de l’entreprise, ce qui me gêne personnellement c’est certaines réactions horribles des gens sur les réseaux sociaux.

Certains montages comparent cette photo d’Adama à celle de politiciens qui piquent du nez sur les bancs luxueux de l’Assemblée nationale ont été faits. Ces derniers montrent bien qu’il y a une inégalité entre le repos des uns et des autres.

On est bien content d’avoir des personnes qui acceptent ces métiers qui font l’objet d’un véritable mépris social, d’un dégoût voire d’une honte. C’est bien beau d’être écolo et de se vanter de trier nos déchets mais sans des Adama, maillons de la chaîne pour les collecter, aurions-nous un pays si propre ?

Alors en postant cette photo, l’auteure ignorait sûrement les conséquences irréversibles de sa publication mais en attendant Adama, en perdant son emploi, plonge dans la précarité alors même qu’il vient d’être papa.

On entend souvent dire que les réseaux sociaux sont nocifs pour les ados. Je fais partie de cette catégorie et ce discours me fatigue parce qu’il est répété à longueur d’année. Il est vrai que le harcèlement numérique existe, il est vrais que les réseaux peuvent être risqués. Sauf qu’on ne parle pas assez du danger des réseaux sociaux chez les adultes. Ce sont parfois eux qui en ont l’utilisation la plus dangereuse.

Luna HAMIDI

Crédit photo : Capture d’écran / BFM Paris

Articles liés

  • Donovan, œil pour œil

    L'or du commun, épisode 6. Donovan exerce un métier pas commun : il est oculariste. Autrement dit, il conçoit des prothèses oculaires. Il ne redonne pas la vue mais il redonne parfois la dignité, l'estime de soi et met un petit pansement sur des plaies parfois bouleversantes. Portrait.

    Par Eugénie Costa
    Le 17/06/2020
  • Un open space dans le salon pour travailler en famille

    Comment garder de la productivité, un peu d'organisation quand on travaille depuis chez soi ? L'équation n'est pas simple mais elle a plusieurs solutions. A Bobigny, quatre soeurs ont pris l'initiative d'aménager un open space à la maison pour devenir collègues, le temps d'un confinement. Récit. 

    Par Chahira Bakhtaoui
    Le 07/05/2020
  • Pour les VTC, la crise aussi : « Je ne suis même pas sûr de gagner 1000€ »

    Pour eux, travailler moins signifie gagner moins. Les auto-entrepreneurs et travailleurs indépendants souffrent, eux aussi, de la période de crise sanitaire. C’est le cas des chauffeurs VTC qui n’ont plus que très peu de courses à faire… quand ils travaillent encore. Témoignage.

    Par Soraya Boubaya
    Le 03/04/2020