J’ai rencontré Corinne d’abord virtuellement. Assoiffée de nouveautés, un soir de juin où je surfais, je tombe sur le site www.toutpourelles.fr. D’emblée, la rubrique « Allez au bout de ses rêves » m’a tenue en haleine. Pour le Bondy Blog, j’ai voulu vous faire découvrir cette femme et son blog.

Qui êtes-vous, Corinne ? Je m’appelle Corinne Dillenseger. J’ai 42 ans et un petit garçon de 11 ans. J’habite Paris. Je suis journaliste depuis plus de 20 ans, spécialisée dans l’emploi, et plus particulièrement dans le recrutement, la formation, la reconversion professionnelle, la création d’entreprise…

Comment l’idée de votre blog a-t-elle fait son chemin ?

De par mon métier, j’ai souvent rencontré des femmes actives, en recherche d’emploi ou désireuses de créer une entreprise. Elles étaient toujours pleines d’idées et d’enthousiasme. Seulement, leur projet de vie professionnelle était souvent stoppé par plusieurs freins : le manque de contacts, le manque d’informations. Par exemple, combien d’entre elles savent qu’il existe le Fonds de garantie à l’initiative des femmes, le FGIF, créé en 1989 par le Secrétariat d’Etat chargé des droits de la femme, et qu’il constitue une garantie bancaire pour celles qui veulent créer ou développer une activité ? Très peu en définitive.

Des freins mentaux, aussi ?

Oui. L’obstacle le plus important, face à leurs envies d’évoluer, est souvent lié aux stéréotypes, à la conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale, à l’image qu’elles ont d’elles mêmes, à leur statut dans la société. Il ne faut pas oublier que les femmes représentent 46% de la population active, elles sont quatre fois plus nombreuses à travailler à temps partiel, elles ont plus de mal à accéder à la formation continue, elles sont pénalisées dans leur carrière lorsqu’elles font des enfants, elles gagnent moins que les hommes… Je voulais aussi en parler en dehors de la Journée de la femme du 8 mars. Ce qui ne veut pas dire pour autant que je suis une féministe « pure et dure » ou une militante acharnée. J’ai juste le souci de l’égalité professionnelle homme-femme. Les femmes ont tout pour réussir, pour s’épanouir ; bref, elles ont tout pour elles !

Quelles sont les histoires de femmes liées à la création du blog qui vous ont marquée ?

Il y la jeune étudiante qui ne réussit pas à décrocher un poste, malgré les mêmes études supérieures, les mêmes compétences et la même motivation que son camarade de promo, qui lui l’obtient ; la femme de 54 ans, qui, à la suite d’un licenciement économique, ne peut toucher sa retraite et doit rechercher un travail ; la cadre qui, à son retour de congé maternité, est mise sur une voie de garage. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est lorsque ma sœur s’est retrouvée sur le marché du travail après avoir élevé ses enfants pendant 20 ans. Mon objectif était de créer un lieu de partage d’informations, d’échange, d’entraide, un endroit où elles puissent témoigner.

Quels sont tes plus beaux témoignages qu’on peut trouver sur votre site ?

Ils sont tous beaux : les plus belles réussites comme les échecs, car les erreurs permettent d’apprendre. Comme cette opticienne devenue écrivain public, cette maquilleuse qui a créé sa petite agence et enseigne le maquillage sous une forme thérapeutique et éthique, cette quinquagénaire qui a repris ses études pour devenir technicienne viticole œnologue…

Pourquoi vous êtes-vous inscrite au concours du Blog d’Or en 2006 ?

J’ai crée mon blog fin avril 2006 et je me suis dit qu’il gagnerait en visibilité puisque le concours promettait la publication de tous les blogs récompensés. Un jury a fait une première sélection puis les internautes, une seconde. J’ai ensuite appris, à ma grande surprise, que j’avais remporté le Blog d’Or.

A quoi attribues-tu la réussite au concours de ton blog ?

La thématique – le travail et les femmes – n’existe pas à ma connaissance dans la blogosphère. Mon blog se situe dans une niche. De plus, il est très fédérateur car il s’adresse à un public large : depuis l’étudiante jusqu’à la seniorette, quels que soient les milieux sociaux.

Combien de visites avez-vous par jour sur votre blog ?

Environ 400 personnes se connectent sur mon blog chaque jour. Je suis bien référencée sur Google et sur d’autres blogs. Et 536 internautes sont abonnés à ma newsletter.

Comptez-vous aller plus loin dans l’aventure ?

Pourquoi pas, si l’opportunité se présente. Je pourrais faire de ce blog un site communautaire et interactif plus important ou écrire un livre constructif et sérieux sur le sujet. Plusieurs maisons d’éditions m’ont contactée, mais elles me sollicitent davantage pour réaliser un livre de chicken littérature, de distraction, à la Bridget Jones. Je pense de mon côté que ce qui lie les femmes et le travail est trop sérieux pour que cela soit traité de façon légère.

Propos recueillis par Stéphanie Varet

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020