Ce lundi 7 novembre, ils étaient encore une quarantaine à manifester malgré le froid. Occuper le parvis de la Défense est hautement symbolique, dans la mesure où il s’agit d’un grand quartier d’affaires. Alors, les courants d’airs frais, dix degrés de température et des camions de CRS… Rien ne décourage les Indignés de la Défense.

Pourtant, leur équipement est réduit au minimum. Quelques bouts de cartons pour dormir et se cacher du vent. À même le sol, la nourriture est déposée pour permettre aux militants de se servir. Un petit coin « boissons chaudes » a été improvisé. Sacs de couchage, couvertures ou bonnets réchauffent un peu. Mais, la seule manière de tenir est encore d’agir. « On ne partira pas, même si les gendarmes nous délogent, on reviendra », scande un Indigné.

En effet, certains crient des slogans pendant que de petits groupes s’approchent des passants pour tenter de lancer la dialogue et les faire « réfléchir » sur le monde actuel. Les manifestants n’hésitent pas à interpeller les travailleurs du quartier d’affaire ainsi que les badauds venus faire les boutiques. D’autres préparent des pancartes avec peintures, feutres et stylos. Sur certaines, on pouvait lire « L’an 01, si on reprenait nos libertés, l’énergie libre, notre planète. » Ou encore : «  Je suis là car quand je regarde au loin, je ne vois rien. »

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=KFjt8sAGWBo&feature=related[/youtube]

Najet Benrabaa

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020