Ces derniers jours la polémique autour du renvoi de jeunes animateurs jeûnant le mois de Ramadan a battu son plein. Pourtant, dans mon équipe d’animation, une grande partie d’entre-eux s’est privée de boire et de manger la journée. L’animation est un job saisonnier prisé par beaucoup de jeunes, surtout les étudiants, un mois efficace pour se faire une bonne paie. Cependant, lorsque l’on fait partie d’une équipe en centre de loisirs, il incombe aux animateurs une grande responsabilité, celle des enfants.

Mon directeur de centre a été très clair lors de la première réunion pour le mois de juillet, « le mois de Ramadan tombe cet été, ça ne change absolument rien, ce n’est pas une excuse. Vous saviez que ce mois allait arriver donc votre travail doit être fait correctement ». On peut se demander si, en jeûnant, le risque d’accident lors des sorties peut être plus élevé qu’à l’accoutumé. Au contraire pour les animateurs expérimentés qui ont travaillé avec moi, « c’est la préparation, l’organisation, la prévention et toutes les étapes qui assurent la pleine sécurité des enfants ».

Lorsque l’on débute dans un domaine ou lorsqu’on va découvrir un endroit que l’on ne connaît, on a toujours des a priori. En arrivant dans ce centre de Bondy nord, j’attendais de voir comment sont les enfants. Entre les zones scolaires, on trouve des différences notables entre les enfants, que ce soit dans le comportement, le respect des animateurs ou encore l’investissement dans les activités. Pour moi, ça a été une expérience formidable, « les enfants sont super ici tu verras, tu vas passer un bon mois » m’avait prévenu mon directeur. C’est en effet ce qui s’est passé. « Quand les enfants sont entreprenants lors d’une activité, sont souriants et aiment venir au centre, c’est super valorisant pour nous », me confie un collègue.

Mais l’animation n’est pas un monde tout rose. Les rivalités entre animateurs sont fréquentes. Lors des réunions de bilan en fin de semaine, tout le monde se lâche et laisse filer sa pensée de la semaine. Parfois, la communication, qui est la base pour une organisation réussie dans une équipe plombe l’ambiance. Dans mon cas, l’animation est un bon moyen pour financer ses projets tout en passant un mois avec les enfants et les animateurs. J’ai beaucoup appris sur moi même ainsi que sur la vie en général. Comme le dit mon directeur «  il  y a des situations plus difficiles pour gagner son salaire ».

Amine Benmouhoub

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020