Non loin d’Evry, à Soisy-sur-Seine, je retrouve Marie, 16ans, dans un quartier aux allures de celui de Wisteria Lane dans Desperate Housewives. Comme beaucoup d’adolescent, on a tous plus ou moins envie de se faire un peu d’argent soi-même, d’être autonome et ce peu importe le milieu social. Puisque Marie habite une maison grande et très jolie,et qu’elle adore les animaux – passion transmise de mère en fille – elle a décidé depuis un an maintenant, d’être dogsitter.

Job assez original pour le coup, mais compréhensible lorsqu’on découvre sa chambre, truffée de trophées en tout genre. C’est le genre de fille assez discrète, cachant un univers peu commun. Elle est fan de chevaux et les considère comme des membres de sa famille. Le genre de fille, qui fait des championnats d’Agility [sport canin dans lequel le maître fait évoluer son chien sur un parcours d’obstacle] et qui a obtenu la troisième place au niveau national. Bref, une fille à fond dans les animaux !

C’est par l’intermédiaire d’une amie, qui a les mêmes passions, qu’elle découvre ce petit travail et qu’elle part à la recherche d’annonces sur internet. Elle tombe donc, sur le site animaute.com (pour la garde d’animaux), qui lui a tout de suite plu. « C’est un site sérieux, officiel, c’est vraiment des gardes ! » Oui, très sérieux, il y a même un contrat, des assurances et plein de paperasses administratives.

Comme ça, ça repousse les maîtres qui décident d’abandonner leurs toutous chez les dogsitters lorsqu’ils partent en vacances. Marie, n’est pas vraiment partie en vacances, elle est retournée dans sa Bretagne natale, où elle a pris soin d’emmener ses cinq chiens à elle, ceux des clients et ses trois chevaux. Elle détient à elle seule, une vraie petite ferme!

Donc, voilà une idée pour ceux/celles qui veulent garder des toutous, c’est assez bien payé, puisque l’Anim’hôte (autre nom pour les dogsitters) touche au minimum 90€/semaine. Comme  Marie est une habituée, elle est notée 4 étoiles par l’association, elle touche parfois jusqu’à 300€ pour une garde! Pour les mineurs l’inscription est gratuit (les parents doivent être garants), mais pour le reste c’est 10€ l’année.

Tant pis pour ceux qui habitent en appart, les clients vont préférer les Anim’hôtes aux grands terrains. Cela dit il doit bien y avoir des clients moins riches que d’autres et qui ne se préoccuperont pas de la taille du logis. Attention, il faut en prendre soin quand même, car pour la petite anecdote, Marie raconte que des clients lui ont demandé des photos, des vidéos et même de voir leurs « bébés » à la webcam…

Silvia Sélima Angenor

Silvia Sélima Angenor

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020