Non loin d’Evry, à Soisy-sur-Seine, je retrouve Marie, 16ans, dans un quartier aux allures de celui de Wisteria Lane dans Desperate Housewives. Comme beaucoup d’adolescent, on a tous plus ou moins envie de se faire un peu d’argent soi-même, d’être autonome et ce peu importe le milieu social. Puisque Marie habite une maison grande et très jolie,et qu’elle adore les animaux – passion transmise de mère en fille – elle a décidé depuis un an maintenant, d’être dogsitter.

Job assez original pour le coup, mais compréhensible lorsqu’on découvre sa chambre, truffée de trophées en tout genre. C’est le genre de fille assez discrète, cachant un univers peu commun. Elle est fan de chevaux et les considère comme des membres de sa famille. Le genre de fille, qui fait des championnats d’Agility [sport canin dans lequel le maître fait évoluer son chien sur un parcours d’obstacle] et qui a obtenu la troisième place au niveau national. Bref, une fille à fond dans les animaux !

C’est par l’intermédiaire d’une amie, qui a les mêmes passions, qu’elle découvre ce petit travail et qu’elle part à la recherche d’annonces sur internet. Elle tombe donc, sur le site animaute.com (pour la garde d’animaux), qui lui a tout de suite plu. « C’est un site sérieux, officiel, c’est vraiment des gardes ! » Oui, très sérieux, il y a même un contrat, des assurances et plein de paperasses administratives.

Comme ça, ça repousse les maîtres qui décident d’abandonner leurs toutous chez les dogsitters lorsqu’ils partent en vacances. Marie, n’est pas vraiment partie en vacances, elle est retournée dans sa Bretagne natale, où elle a pris soin d’emmener ses cinq chiens à elle, ceux des clients et ses trois chevaux. Elle détient à elle seule, une vraie petite ferme!

Donc, voilà une idée pour ceux/celles qui veulent garder des toutous, c’est assez bien payé, puisque l’Anim’hôte (autre nom pour les dogsitters) touche au minimum 90€/semaine. Comme  Marie est une habituée, elle est notée 4 étoiles par l’association, elle touche parfois jusqu’à 300€ pour une garde! Pour les mineurs l’inscription est gratuit (les parents doivent être garants), mais pour le reste c’est 10€ l’année.

Tant pis pour ceux qui habitent en appart, les clients vont préférer les Anim’hôtes aux grands terrains. Cela dit il doit bien y avoir des clients moins riches que d’autres et qui ne se préoccuperont pas de la taille du logis. Attention, il faut en prendre soin quand même, car pour la petite anecdote, Marie raconte que des clients lui ont demandé des photos, des vidéos et même de voir leurs « bébés » à la webcam…

Silvia Sélima Angenor

Silvia Sélima Angenor

Articles liés

  • Privatisation : les agents de la RATP défient la loi du marché

    Après une grève historique le 18 février 2022, les salariés de la RATP, s’estimant négligés par la direction, se sont à nouveau réunis pour poursuivre leur mobilisation. En cause, toujours, des revendications salariales, mais surtout, une opposition ferme au projet de privatisation du réseau de bus à l’horizon 2025. Reportage.

    Par Rémi Barbet
    Le 26/03/2022
  • Dix ans après Uber : les chauffeurs du 93 s’unissent pour l’indépendance

    Une coopérative nationale de chauffeurs VTC, basée en Seine-Saint-Denis, va naître en 2022, plus de dix ans après l'émergence du géant américain. En s’affranchissant du mastodonte Uber, les plus de 500 chauffeurs fondateurs de cette coopérative souhaitent proposer un modèle plus vertueux sur le plan économique, social, et écologique. Après nombre de désillusions. Témoignages.

    Par Rémi Barbet
    Le 14/02/2022
  • À Stains, Moulinot créé de l’emploi grâce aux biodéchets

    L’entreprise Moulinot s’est installée à Stains, en Seine Saint-Denis en 2019. Pionnière de la collecte et de la valorisation des biodéchets en France, elle contemple aujourd’hui un avenir économique radieux. Entreprise d’économie sociale et solidaire elle souhaite former à ces nouveaux métiers et créer de l’emploi sur le territoire. Reportage.

    Par Rémi Barbet
    Le 12/01/2022