Cet article a été publié pour la première fois le 29 novembre 2019

Fille d’une déléguée syndicale, Monia Maganda a gardé de sa maman un certain sens de l’engagement. Originaire de Clichy-sous-Bois, Monia Maganda investit aujourd’hui ses forces dans l’univers du numérique à travers l’association qu’elle a créée, Cité Tech. Avec cette structure, cette ancienne travailleuse sociale entend saisir l’opportunité de cette révolution pour un public vulnérable qu’elle a côtoyé.

Avant d’arriver dans ce secteur, Monia Maganda fait ses débuts au sein du comité local de la jeunesse de la ville de Clichy-sous-Bois. À 17 ans, elle décide de passer son brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA) pour accompagner les personnes en situation de handicap, une expérience qui lui permet de « découvrir les joies des petites choses ». Devenue éducatrice spécialisée, elle s’investit sur le volet de la protection de l’enfance avant d’intégrer un master en développement social à la Sorbonne.

Tournée vers l’Afrique, Monia Maganda se rend à Dakar et à Libreville pour être au chevet des enfants de la rue et issus de la traite où elle a pour mission de les réinsérer. De retour en France, elle devient responsable insertion sociale à Adoma (ex-Sonacotra), où elle s’occupe des programmes de restructuration des foyers de travailleurs migrants. Après cette expérience, elle choisit de couper un peu et de prendre du recul.

Faire du numérique une opportunité

Monia Maganda entre dans l’univers numérique grâce à l’entreprise de son frère, implantée dans le secteur. La Clichoise découvre le langage du code et se retrouve parfois bloquée dans son travail. Désireuse de surmonter ces difficultés, l’éducatrice spécialisée décide de se former à Simplon, la start-up de Montreuil. Monia Maganda participe aussi au programme « HEC Stand Up », réservée aux femmes, pour muscler son projet. Elle se prend de passion pour l’impression 3D et pour l’univers des laboratoires de fabrique ; elle décide de passer un diplôme universitaire de « FabManager » au sein de l’université de Cergy-Pontoise.

L’ancienne travailleuse sociale pense instinctivement à son ancien public qui, touché par l’illectronisme, est vulnérable devant la « révolution numérique ». Consciente de l’urgence de rendre accessible le numérique avant la dématérialisation en cours des démarches de services publics, elle veut aussi que le numérique soit une opportunité pour les quartiers populaires et la ruralité.

Accompagnée de sa mère, sa meilleure amie et son frère, la Clichoise décide de fonder une association pour démocratiser le numérique, mais aussi en faire une opportunité. Armée de patience et de détermination, l’association Cité Tech développe un projet de Fab Lab itinérant avec l’ambition de « proposer des actions de proximité afin de toucher les publics éloignés du numérique ».

En parallèle, la présidente se rapproche de la bibliothèque municipale pour sensibiliser les enfants à l’utilisation des réseaux sociaux. Avec le fablabs du collège Louise Michel, la présidente de Cité Tech participe à l’organisation de la Semaine du Numérique à Clichy-sous-Bois.

À peine récompensée, Monia Maganda ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Soutenue par le ministère de la Ville et financée par le commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), l’association Cité Tech développe actuellement une application destinée à mettre en relation directe employeurs et demandeurs d’emploi. Monia Maganda n’a décidément pas fini de s’engager.

Yassine BNOU MARZOUK

Monia Maganda sera l’invitée du Bondy Blog et de France Bleu Paris ce dimanche 5 janvier dans le cadre de notre format « Les Bâtisseurs ». Rendez-vous à 18h00 en direct sur 107.1 !

Articles liés

  • L’épidémie emporte Aïcha Issadounène, figure de Carrefour Saint-Denis

    Caissière au magasin Carrefour de Saint-Denis depuis près de trente ans, Aïcha Issadounène est décédée jeudi 26 mars, atteinte du Covid-19. A Saint-Denis, tous ceux qui l’ont croisée pleurent une femme dévouée et bienveillante. Et rappellent son combat, tristement mis en lumière aujourd’hui, pour la protection des salariés de l’enseigne.

    Par Hassan Loughlimi
    Le 01/04/2020
  • Caissières et caissiers, front essentiel mais invisible

    Le confinement n'est pas une réalité pour tout le monde. Les employé.e.s des grandes surfaces sont sur le pont, contraint.e.s d'aller travailler pour faire tourner les supermarchés et hypermarchés pris d'assaut. Une période synonyme de stress, d'exposition au virus et de gestion d'une clientèle parfois tendue voire irrespectueuse. Témoignages.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 20/03/2020
  • A Vitry, les élus font front pour soutenir les grévistes

    Devenu un des symboles du mouvement social, le dépôt RATP de Vitry était encore à l’action ce jeudi matin. Cette fois-ci, ce sont les élus qui étaient à la manœuvre, à l’instar des maires, des conseillers municipaux et des parlementaires du territoire. Reportage.

    Par Céline Beaury
    Le 31/01/2020