Fille d’une déléguée syndicale, Monia Maganda a gardé de sa maman un certain sens de l’engagement. Originaire de Clichy-sous-Bois, Monia Maganda investit aujourd’hui ses forces dans l’univers du numérique à travers l’association qu’elle a créée, Cité Tech. Avec cette structure, cette ancienne travailleuse sociale entend saisir l’opportunité de cette révolution pour un public vulnérable qu’elle a côtoyé.

Avant d’arriver dans ce secteur, Monia Maganda fait ses débuts au sein du comité local de la jeunesse de la ville de Clichy-sous-Bois. À 17 ans, elle décide de passer son brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA) pour accompagner les personnes en situation de handicap, une expérience qui lui permet de « découvrir les joies des petites choses ». Devenue éducatrice spécialisée, elle s’investit sur le volet de la protection de l’enfance avant d’intégrer un master en développement social à la Sorbonne.

Tournée vers l’Afrique, Monia Maganda se rend à Dakar et à Libreville pour être au chevet des enfants de la rue et issus de la traite où elle a pour mission de les réinsérer. De retour en France, elle devient responsable insertion sociale à Adoma (ex-Sonacotra), où elle s’occupe des programmes de restructuration des foyers de travailleurs migrants. Après cette expérience, elle choisit de couper un peu et de prendre du recul.

Faire du numérique une opportunité

Monia Maganda entre dans l’univers numérique grâce à l’entreprise de son frère, implantée dans le secteur. La Clichoise découvre le langage du code et se retrouve parfois bloquée dans son travail. Désireuse de surmonter ces difficultés, l’éducatrice spécialisée décide de se former à Simplon, la start-up de Montreuil. Monia Maganda participe aussi au programme « HEC Stand Up », réservée aux femmes, pour muscler son projet. Elle se prend de passion pour l’impression 3D et pour l’univers des laboratoires de fabrique ; elle décide de passer un diplôme universitaire de « FabManager » au sein de l’université de Cergy-Pontoise.

L’ancienne travailleuse sociale pense instinctivement à son ancien public qui, touché par l’illectronisme, est vulnérable devant la « révolution numérique ». Consciente de l’urgence de rendre accessible le numérique avant la dématérialisation en cours des démarches de services publics, elle veut aussi que le numérique soit une opportunité pour les quartiers populaires et la ruralité.

Accompagnée de sa mère, sa meilleure amie et son frère, la Clichoise décide de fonder une association pour démocratiser le numérique, mais aussi en faire une opportunité. Armée de patience et de détermination, l’association Cité Tech développe un projet de Fab Lab itinérant avec l’ambition de « proposer des actions de proximité afin de toucher les publics éloignés du numérique ».

En parallèle, la présidente se rapproche de la bibliothèque municipale pour sensibiliser les enfants à l’utilisation des réseaux sociaux. Avec le fablabs du collège Louise Michel, la présidente de Cité Tech participe à l’organisation de la Semaine du Numérique à Clichy-sous-Bois.

À peine récompensée, Monia Maganda ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Soutenue par le ministère de la Ville et financée par le commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), l’association Cité Tech développe actuellement une application destinée à mettre en relation directe employeurs et demandeurs d’emploi. Monia Maganda n’a décidément pas fini de s’engager.

Yassine BNOU MARZOUK

Monia Maganda sera l’invitée du Bondy Blog et de France Bleu Paris ce dimanche 1er décembre dans le cadre de notre format « Les Bâtisseurs ». Rendez-vous à 17h00 en direct sur 107.1 !

Articles liés

  • Hôtesses : la double peine des femmes racisées

    Les hôtesses d’accueil subissent sexisme et harcèlement ? Ce n’est pas leur seul problème. Nombre de femmes concernées témoignent de critères de sélection discriminants, voire racistes. Nous avons contacté plusieurs agences en nous faisant passer pour des entreprises clientes, avec cette demande : « Avoir des hôtesses de type européen. » « C’est noté », répond l’une. « Allez-y, allez-y, n’hésitez pas, dites-moi ! », ricane une autre. Une enquête du BB pour Mediapart.

    Par Héléna Berkaoui, Houda Hamrouni
    Le 23/11/2019
  • Après le travail… le travail : quand la passion devient un job

    Pour certain.e.s, le travail ne suffit pas toujours à finir les mois sereinement, à s'épanouir, à se sentir exister... Alors, dans chaque quartier, des hommes et des femmes transforment un de leurs centres d'intérêt en petite source de revenus supplémentaires, non déclarée. Sylsphée a rencontré quatre femmes dont c'est le cas.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 15/11/2019
  • Brown-out : quand le travail n’a plus de sens

    Moins bien connu que ses cousins le burn-out et le bore-out, le brown-out est moins visible mais plus insidieux. Ce nouveau syndrome de souffrance professionnelle peut se traduire de façon simple : c'est quand on ne trouve plus de sens à son travail. Pierre, Mohammed et Laura sont passés par là. Témoignages.

    Par Houda Hamrouni
    Le 19/09/2019