En attendant la mise en place du RSA le 1er juillet, près de 4 millions de ménages les plus modestes perçoivent une prime de 200 € en avril. Objectif de cette aide, annoncée le 4 octobre par le président de la République : éviter les « conséquences dramatiques » de la crise sur les plus vulnérables. J’ai donc pris mon petit carnet orange et me suis rendue par beau temps dans un parc de Bobigny. Le marchand de glaces a rassemblé toutes les mamans autour de sa camionnette. Une fois celui-ci parti, elles demeurent au même endroit. Et parlent. Mais de quoi ? De la fameuse prime.

Mesdames, qu’allez-vous faire de ces 200 € ? Les réponses fusent : « Ils vont servir à couvrir mon découvert, dit l’une. – Moi, je les mets de côté pour envoyer ma fille en colonie, dit une autre. – Je vais faire les courses du mois avec », dit une troisième. Une quatrième dame explique que pour elle, ça ne change rien car ses allocations familiales ont baissé de 170 € ce mois. « Sans raison valable », ajoute-t-elle. D’autres mères utiliseront cette prime en juin, lors des soldes, pour faire faire plaisir à leurs gamins et un peu à elles aussi. Mais rares sont les mamans qui disent vouloir en faire un usage personnel.

En voici une : « Oh, moi, 200 €, ça ne change pas grand-chose à ma vie. J’ai vu une paire de chaussures tout à l’heure, je vais me l’acheter avec. Tu me diras, je dépense parfois 1000 € en une heure pour ma fille et moi ! – Donc, vous n’êtes pas en manque d’argent si vous pouvez dépenser autant en un jour. – Si. Ce que je dépense, c’est l’argent que me donne ma mère, mon mari quand il travaille, et c’est aussi mon RMI. – Pourquoi se ruiner dans des fringues quand on sait vous comme moi que vous ne les porterez pas tous. – C’est la fièvre acheteuse, des fois… Blague à part, non, des fois, quand je vais mal, pour quelque raison que ce soit, j’achète. Ça me fait plaisir et au moins ma fille est heureuse d’avoir ses petites robes et ses ballerines. – En gros, pour vous, les 200 € c’est un petit plus pour ce mois et rien d’autre – C’est ça. »

Si je peux donner mon avis, je trouve que cette prime est quelque chose de bien. Le gouvernement aurait pu y penser à l’instaurer plus tôt. 200 €, ça part très vite. Certains diront « Oh, vous, les gens en situation précaire, vous n’êtes jamais contents ! On vous donne 200 € et vous vous plaignez encore ! » Il ne s’agit pas de se plaindre, mais simplement d’être réaliste. Quand on voit que le pack de lait de 4 bouteilles Candia d’un litre et demi est à 6 €, le calcul est vite fait : 200 € c’est le caddie d’une famille de cinq personnes pour deux semaines de provisions, sinon une semaine et demie quand on ne fait pas gaffe.

Vous allez aussi dire que, dans ce cas, il ne faut pas acheter les marques mais la gamme 1er prix de Carrefour ? Un minimum de goût et de tenue du produit, quand même ! Le lait pas cher, on dirait qu’il est cassé avec de l’eau…

Inès El laboudy

Inès El laboudy

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020