C’est officiel. L’info est tombée très tôt ce matin : PSA Peugeot Citroën fermera son site d’Aulnay en 2014. Des employés étaient déjà au courant depuis la veille au soir. Ce matin, à l’usine, cette nouvelle a été reçue comme un coup de massue. Un salarié raconte que l’annonce officielle leur a été faite après une réunion, « un briefing » vers 8h du matin : « Vous avez une heure pour l’annoncer à vos familles et après vous reprenez le travail », leur aurait dit la direction du site. Une annonce qui aurait fait « beaucoup de pleurs, de salariés en dépression».

Hassan, embauché depuis 40 ans chez PSA, devait partir en retraite en octobre prochain. Son employeur lui a proposé de la prendre en avance. Il refuse et ne partira pas non plus à l’automne : « Je vais lutter avec mes copains jusqu’en 2014 » déclare-t-il. Lui qui a déjà connu la fermeture des usines de Levallois (Hauts-de-Seine) et de Javel (Paris XVème).

Être ouvrier à PSA, c’est avoir un salaire à peine plus élevé que le SMIC car  même avec l’ancienneté, les salaires n’atteignent pas les 2000 euros. « On n’est pas super bien payé », confie un salarié. « J’ai des factures à payer,  je dois habiller ma fille. Cet été, par exemple, nous ne ne partirons pas en vacances » explique un employé tout en montrant une radio de son dos réalisée après un accident de travail. « J’ai 8 vis dans le dos, je suis tombé par terre. Des personnes qui passaient par-là par hasard m’ont relevé » ajoute-t-il. Reconnu travailleur handicapé, il ne fantasme pas à l’idée de retrouver un nouvel emploi : « En quittant PSA Aulnay, je serai inapte : quel patron voudra bien de moi ? ».

Beaucoup d’entre eux ont contracté des crédits. C’est le cas de Philippe* qui s’est engagé pour 25 ans, à hauteur de 770 euros par mois pour un salaire mensuel de 1500 euros net. « J’ai pris mon crédit juste avant qu’ils annoncent que l’usine allait fermer, mais heureusement j’ai choisi une assurance en cas de perte de mon emploi ». Il a été proposé à des employés de se faire muter à Poissy. Pour Philippe, c’est impossible  :« Je ne pourrai pas aller à Poissy, c’est trop loin. Je sors de chez moi à 5h du matin, fais 80 km aller, 80 km retour pour venir travailler à Aulnay : j’habite à Soissons ».

Selon les syndicats, il serait d’ailleurs impossible de transférer les employés à Poissy : le site serait, d’après eux, déjà en « sur effectif »… Une situation qui inquiète Samir Lasri. Lui-même n’a pas de crédit mais il se soucie de la situation de ses collègues : « Si on n’a pas de salaire, on va les payer avec quoi nos crédits, avec des œufs ? ».

Pour lui, cela devient très préoccupant : « C’est la misère sociale, la gauche ne fait rien du tout, mais je ne vais pas me suicider parce que l’usine va fermer… ». A ses côtés, trois jeunes : l’un a 30 ans, un autre, 28, et le troisième 19 ans. Leur propos sont guère plus nuancés :« Y’a pas de boulot dehors, comment tu veux qu’on nourrisse notre famille ? » et craignent un « retour à la délinquance ». « PSA c’est un monument en Seine-Saint-Denis. Y’en a plein qui ne pourront pas se relever. Personne ne sera logé à la même enseigne. Il faut voir ça au cas par cas. PSA, c’est à nous, c’est une petite famille ».

Le parking est plein à craquer. Les organisations syndicales prennent la parole tour à tour. « Ils nous ont pourri nos vacances », peut-on entendre assez régulièrement. Ils sont déçus de François Hollande, d’Arnaud Montebourg : « Hollande a dit « Le changement c’est maintenant » mais il n’a rien changé ! ». « Monsieur Hollande, vous êtes un menteur ! Vous n’avez pas tenu votre parole »,  ou encore « Droite ou gauche au pouvoir, c’est la même !». Le maire d’Aulnay-sous-Bois, Gérard Ségura, en prend aussi pour son grade : « Vous êtes un menteur, tout ce que vous cherchez, c’est un deuxième mandat ! ».

L’ensemble des syndicats ont décidé de reprendre la main en organisant une journée de grève à la rentrée, le 11 septembre. Les vacances risquent d’être difficiles, très difficiles…

Imane Youssfi

*Prénom modifié

Tous les articles de Imane Youssfi sur le dossier PSA  Aulnay

06/07/12 – Sanctions, grève de la faim et licenciements à PSA Aulnay

18/05/12 – PSA Aulnay : vers une reconversion du site ?

29/03/12 – PSA Aulnay : «C’est notre boulot, notre vie, notre richesse»

23/02/12 – PSA Aulnay : Sarkozy fait la sourde oreille, Hollande soutient sans s’engager

05/12/11 – PSA Aulnay : dans la continuité de Gandrange ?

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020