Le contrat de ma cousine Céline s’est terminé il y a une semaine. Après une longue formation qualifiante d’assistante commerciale, elle devenue une pro des relations clients, plus autonome que jamais. Malgré tous les atouts qu’elle possède, elle n’arrive pas à trouver un poste stable. Elle s’est inscrite dans plusieurs agences d’intérim et a même laisser son CV sur le site de monster.fr . Au début, aucun employeur ne l’a contactait, jusqu’au jour où je lui ai conseillé de mettre l’adresse de ses parents, qui habitent à Paris, sur son CV plutôt que l’adresse de Bondy.

Depuis, des contacts ? Oui elle en a, et les entretiens aussi, mais le mot de la fin reste toujours : « on voit d’autres personnes dans la journée, on vous tient au courant », puis plus rien.

Autre chose, lorsqu’elle envoie ses candidatures via Internet, elle reçoit quelques secondes plus tard des réponses automatiques comme :

« Madame, Monsieur,

Nous accusons réception de votre candidature, et nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à notre société. C’est avec la meilleure attention que nous allons étudier votre dossier afin d’identifier les opportunités correspondant à votre profil. Sans réponse de notre part dans un délai de quatre semaines, vous voudrez bien considérer que votre candidature ne peut être retenue en l’état actuel de nos besoins. Cependant, nous nous permettrons de conserver votre dossier en prévision d’opportunités à venir et dans ce cas, nous ne manquerons pas de reprendre contact avec vous. Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de notre meilleure considération.

L’équipe recrutement. »

Elle a été contactée par une agence d’intérim en début de semaine dernière qui lui proposait un poste en pré-embauche dans une société spécialisée dans la grande distribution.

Le jour de son rendez-vous, elle s’est mise sur son 31, tailleur jupe noir, talon, cheveux bien tirés, maquillage léger etc. Elle se présente à l’accueil, on lui demande sa pièce d’identité pour pouvoir lui créer un badge d’accès. « Vous pouvez monter au 5e étage » lui a dit l’une des hôtesses. Elle passe son badge pour accéder à l’ascenseur. Elle était très motivée par ce poste qu’on lui proposait, pourtant, le lendemain lorsque son agence d’intérim la contacte c’est de nouveau un refus car on lui reproche de ne pas être stable.

Elle commence à se poser des questions sur les raisons de tous ces refus. Ont-ils un rapport avec la couleur de peau ou le département où l’on vit (Seine-Saint-Denis en l’occurence) ?

Elle ne se décourage pas pour autant. D’ailleurs, elle a un autre entretien jeudi.

La suite bientôt.

Essi Gnaglom

Essi Gnaglom

Articles liés

  • Racisme et harcèlement sexuel en open space : elle poursuit son entreprise en justice

    Des insultes en plein open-space, des agissements sexistes jusqu'au harcèlement sexuel. Tel a été le quotidien de Nora dans la société d'informatique Evernex International à Aulnay-sous-Bois. Après des années de silence, elle a décidé de poursuivre son entreprise en justice. Témoignage.

    Par Anissa Rami
    Le 14/10/2021
  • Dans les quartiers, le nouveau précariat de la fibre optique

    Un nouveau métier a le vent en poupe dans les quartiers populaires : raccordeur de fibre optique. Des centaines d’offres d’emploi paraissent chaque jour, avec la promesse d’une paie alléchante. Non sans désillusions. Reportage à Montpellier réalisé en partenariat avec Mediapart.

    Par Sarah Nedjar
    Le 04/10/2021
  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021