Alors que je sors de la bouche de métro un peu essoufflée, je me fais interpeler par un jeune homme qui me tend les bras : « Mademoiselle, quelques minutes pour l’association UNICEF ! » Je lui réponds : « Bien sûr ! En échange de quelques minutes pour le Bondy blog ! » Le jeune homme s’appelle Reda. Bondy blog : Comment as-tu trouvé ce job ? Reda : Tout simplement sur un site de jobs d’étudiants. Il y avait une annonce, l’UNICEF recherchait des « recruteurs de donateurs de fonds ».

Comment et combien de temps travailles-tu ?

Je travaille avec une équipe de quatre ou cinq personnes, de 11 heures à 19 heures, dans le cadre d’un CDD de six semaines renouvelable.

Par qui et combien es-tu rémunéré ?

Nous sommes payés 10€ de l’heure. Nous touchons 10% de prime de précarité, 10% de congés payés et parfois une prime par rapport au nombre de missions. Ce sont des prestataires de services qui nous rémunèrent et non pas l’UNICEF directement.

Vous n’êtes donc pas payés à la commission ?

Non, du tout, d’ailleurs je pense que c’est mieux car on est payés normalement, on fait ce qu’on peut, ce serait difficile autrement.

Etes-vous formés pour exercer ce job ?

Oui, durant deux jours en début de mission, au siège de l’association. On nous parle de l’association, on nous apprend quoi dire. C’est normal, il faut que l’on soit en mesure de répondre au mieux aux futurs donateurs qui auraient des questions.

Es-tu convaincu par ce que fait ce type d’association ?

Depuis que je fais ce job, oui, j’ai été plus informé sur les engagements d’UNICEF et leurs domaines d’intervention. L’UNICEF est une agence de l’ONU, donc c’est très crédible. Depuis que je fais ce job, je me sens d’autant plus investi.

Etes-vous surveillés ? Testés ?

Il y a toujours un chef d’équipe avec nous mais il fait la même chose que nous. On est testés lors des deux jours de formation, sur notre énergie, notre dynamisme ainsi que notre élocution.

Y a-t-il des endroits stratégiques où vous agissez ? On vous voit souvent près des centres commerciaux, mais rarement près des bouches de métro…

En principe, on se rend dans les endroits les plus fréquentés. C’est généralement sur Paris. Mais il nous arrive d’aller en banlieue comme à Bobigny récemment ou bien Puteaux. Tout dépend du planning qui nous est remis. Chaque jour on bouge dans un endroit différent.

Quand tu vas vers les gens, que te répondent-ils le plus souvent ?

« J’ai pas le temps ! » (il rigole). C’est ce qu’on entend le plus souvent. Parfois c’est : « J’ai pas d’argent ! » ou encore « J’aime pas les prélèvements ! »

Et question comportement ?

Il m’est arrivé qu’au dernier moment une personne se rétracte mais c’est assez rare. Les gens changent souvent de trottoir ou bien font demi-tour (il sourit), il y en a qui accélèrent, d’autres qui font semblant d’être au téléphone.

Ça ne doit pas être facile !

C’est clair, mais j’oublie et je passe à une autre personne. D’ailleurs, je n’ai aucun préjugé envers les futurs potentiels, même s’ils ont l’air de faire la tête.

Très bien, bah merci, Reda, et bon courage à toi !

Merci !… « Monsieur, vous connaissez l’UNICEF ?… »

Emira BK

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020