« Prendre l’adresse d’une cousine qui habite en dehors du 93, préciser en gras l’identité française et inventer des expériences professionnelles. » Malgré cela, des 500 demandes d’emploi qu’a posté Soufiane (en photo), 200 sont restées sans réponse et 290 ont été négatives. Des dix entretiens obtenus, la plupart n’étaient que des invitations bidons pour remplir les quotas de « recrutement périphérique » et pouvoir clamer « moi aussi, je convoque mes Arabes ».

 

Son Bac + 2 ne lui est d’aucune utilité. « Mon défaut est d’avoir fait mes études à Bondy. Ici, on s’enferme ». Dans sa classe de lycée, seuls le Français et l’Antillais ont trouvé immédiatement du travail. Les autres se sont présentés à la ANPE. Soufiane se souvient avoir été reçu par une « dactylo débutante » qui ne lui a rien proposé sinon un prochain entretien six mois plus tard. Soufiane s’en est sorti seul. Deux mois à la manutention du discount Ed, à Bondy nord (1000 euros pour 40  heures d’exploitation). Quelques autres expériences, parfois bénévoles, pour les enfants du quartier, parfois au noir, pour différents commerces. Soufiane survit, mais ne trouve rien.  

 

Né à Bondy, il ressent parfois la tentation de « rentrer au Maroc », mais il sait qu’il sera aussi un étranger là-bas. « En France, on n’aime les cités que pour rigoler. On invite les comiques issus de la banlieue sur les plateaux TV. Pour le taf, il faut aller voir ailleurs. »

 

 

 

Par Blaise Hofmann

 

 

 

 

 

 

 

 

Blaise Hofmann

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020