A croire qu’il n’y a que dans les quartiers pauvres ou d’immigrés qu’il existe des taxiphones. Il y a quelque temps, je me trouvais boulevard Anatole France, dans le beau Levallois-Perret. Je n’avais ni crédit de communication sur mon téléphone, ni même, encore plus embêtant, mes principales sources de vie : mon portefeuille et ma carte de crédit, oubliés chez moi. Loin de tout contact, il me fallait cependant appeler une amie, avec qui j’avais un rendez-vous urgent (les mésaventures de Carrie Bradshaw & Co venaient de sortir au cinéma).

D’habitude, en pareille circonstance, il me suffit de marcher cinq minutes, quelques euros à la main, pour trouver un taxiphone au coin d’une rue. Mais dans l’ouest parisien, du moins dans cette partie du 92, il n’y a pas l’ombre d’un tel commerce. L’heure presse, ma séance de cinéma est dans moins d’une heure et toujours pas le moindre taxiphone en vue. Je ne tente même pas une recherche à Neuilly.

Rien à Levallois-Perret, donc. Re-rien dans les rues du 17e arrondissement que j’emprunte. Les grands boulevards ? Je tente ma chance. Opéra, nada ! Je demande à une dame : « Où est-ce qu’il y a un taxiphone dans le coin ? – Là, je ne sais pas, mais vous pouvez attendre un taxi dans les arrêts prévus à cette effet, si vous ne trouvez pas de borne pour en appeler un », répond-elle.

Résignée, constatant que cette dame ne sait pas ce qu’est un taxiphone, j’abandonne ma quête arrivée boulevard Réaumur. Il sera plus simple pour moi d’aller intercepter mon amie à la sortie de son école en plein Saint-Germain-des-Prés, où, c’est certain, je n’aurai pas une once de chance de dégoter un taxiphone.

Je raconte mon périple à mon amie, qui rigole bien. Elle me dit alors quelque chose du genre : « T’es innocente, Axelle, les taxiphones, tout ça, c’est pour nous, les immigrés. Les cartes prépayées, tu crois qu’ici ils connaissent ça ? C’est fait pour qu’on garde le contact avec le bled. »

Axelle Adjanohoun

Axelle Adjanohoun

Articles liés

  • Emploi : Reims, l’autre ville du Grand Paris ?

    Est-il plus facile de trouver un emploi à Reims ou à Paris, pour les habitants, diplômés ou non, des quartiers populaires de la cité champenoise ? Alors que beaucoup ont du se résoudre à quitter leur ville natale pour trouver des opportunités qui correspondent à leurs attentes, d'autres Rémois tentent de rebattre les cartes de l'emploi local. Témoignages.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 11/06/2021
  • À Bondy, salariés et employés désespérés face à la fermeture de l’Intermarché

    Les salarié·e·s de l’Intermarché de Bondy en Seine-Saint-Denis attendent depuis le 24 février la réouverture de leur magasin, fermé pour “raisons de sécurité” par la préfecture du département. Malgré les relances, la situation n’évolue pas. Les salarié·e·s du magasin témoignent de leur situation de plus en plus difficile sur le plan financier et mental. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 29/04/2021
  • Abdoulaye, 67 ans, vendeur ambulant

    Ils tiennent ces petits étals de montres et de lunettes que l'on croise au détour d'un troquet ou d'un couloir de métro sans trop y prêter attention. Ahmed Ait Ben Daoud a pris le temps de se poser pour écouter l'histoire de l'homme derrière l'étal. Abdoulaye est vendeur ambulant dans la banlieue de Mulhouse. Récit.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 08/12/2020