La semaine dernière je suis allée au Palais des Congrès, à Paris, pour assister au retour de la comédie musicale « Roméo et Juliette ». Après une semaine bien chargée, pas même le temps de dire « ouf » que je dois prendre le métro direction Porte Maillot, quelle vie on mène tout de même quand on a 15 ans… En l’espace de quelques secondes, la salle est plongée dans une ambiance XIVe siècle : les costumes, les manières de s’exprimer, de se tenir… Le décor est grandeur nature.

Tout le monde connaît cette histoire tragique : Juliette aime Roméo, Roméo aime Juliette, mais leurs familles en ont décidé autrement. Le père de Juliette impose son choix et lui dit qu’elle est destinée à un autre, qui selon lui est un meilleur parti. Les acteurs jouent bien leurs rôles, ils chantent bien… Mais pourtant, comme diraient les Rita Mitsouko : « les histoires d’amours finissent mal », et c’est le cas ici puisque tous deux se suicident, ça ne pouvait pas finir plus mal. Alors que tout le monde applaudit, ma voisine, elle, pleure, personnellement je n’ai pas ressenti une telle émotion, mais c’est sûrement parce que nous n’étions pas du même âge. De toute façon, elle était un peu bizarre, avec ses jumelles et sa barre de céréale qu’elle a dégusté à 22 heures…

La pièce a été écrite à la fin du XVIe siècle, pourtant l’histoire se répète encore aujourd’hui. Dans certaines régions du monde, et parfois même en France, des filles se font encore marier de force contre leur gré. Souvenez-vous de cette triste histoire, le mois dernier. Une jeune fille sans papiers a été expulsée au Maroc après avoir porté plainte contre son frère qui, dit-elle, la battait. Selon RESF (Réseau éducation sans frontières), elle est partie de son pays d’origine pour échapper à un mariage forcé avec son cousin. Précisons que la famille de la jeune fille a démenti ces accusations.

Quelques jours après avoir vu le spectacle, ma cousine et moi décidons d’aller faire les boutiques. Elle rencontre une ancienne camarade de son âge, 22 ans, qu’elle n’a pas vue depuis les années lycée. Elle lui demande de ses nouvelles et apprend qu’elle est mariée avec un enfant de deux ans et demi. Ma cousine, surprise, la félicite et lui dit en rigolant : « Bah dit donc tu cachais bien ton jeu !! - Je ne cachais rien du tout, répond t-elle, je n’ai rien décidé, c’est ma grand-mère qui me l’a imposé et ne m’a pas laissé d’autre choix que de l’épouser. C’est elle qui m’a éduquée, je ne pouvais pas lui dire non ! ».

J’ai été choquée par ses propos et c’est à cet instant précis que j’ai fait le rapprochement avec l’histoire de Roméo et Juliette. Donc, oui, c’est prouvé, vérifié et validé, l’histoire de Roméo et Juliette se reproduit encore aujourd’hui !

Sarah Ichou

Sarah Ichou

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021