La semaine dernière je suis allée au Palais des Congrès, à Paris, pour assister au retour de la comédie musicale « Roméo et Juliette ». Après une semaine bien chargée, pas même le temps de dire « ouf » que je dois prendre le métro direction Porte Maillot, quelle vie on mène tout de même quand on a 15 ans… En l’espace de quelques secondes, la salle est plongée dans une ambiance XIVe siècle : les costumes, les manières de s’exprimer, de se tenir… Le décor est grandeur nature.

Tout le monde connaît cette histoire tragique : Juliette aime Roméo, Roméo aime Juliette, mais leurs familles en ont décidé autrement. Le père de Juliette impose son choix et lui dit qu’elle est destinée à un autre, qui selon lui est un meilleur parti. Les acteurs jouent bien leurs rôles, ils chantent bien… Mais pourtant, comme diraient les Rita Mitsouko : « les histoires d’amours finissent mal », et c’est le cas ici puisque tous deux se suicident, ça ne pouvait pas finir plus mal. Alors que tout le monde applaudit, ma voisine, elle, pleure, personnellement je n’ai pas ressenti une telle émotion, mais c’est sûrement parce que nous n’étions pas du même âge. De toute façon, elle était un peu bizarre, avec ses jumelles et sa barre de céréale qu’elle a dégusté à 22 heures…

La pièce a été écrite à la fin du XVIe siècle, pourtant l’histoire se répète encore aujourd’hui. Dans certaines régions du monde, et parfois même en France, des filles se font encore marier de force contre leur gré. Souvenez-vous de cette triste histoire, le mois dernier. Une jeune fille sans papiers a été expulsée au Maroc après avoir porté plainte contre son frère qui, dit-elle, la battait. Selon RESF (Réseau éducation sans frontières), elle est partie de son pays d’origine pour échapper à un mariage forcé avec son cousin. Précisons que la famille de la jeune fille a démenti ces accusations.

Quelques jours après avoir vu le spectacle, ma cousine et moi décidons d’aller faire les boutiques. Elle rencontre une ancienne camarade de son âge, 22 ans, qu’elle n’a pas vue depuis les années lycée. Elle lui demande de ses nouvelles et apprend qu’elle est mariée avec un enfant de deux ans et demi. Ma cousine, surprise, la félicite et lui dit en rigolant : « Bah dit donc tu cachais bien ton jeu !! - Je ne cachais rien du tout, répond t-elle, je n’ai rien décidé, c’est ma grand-mère qui me l’a imposé et ne m’a pas laissé d’autre choix que de l’épouser. C’est elle qui m’a éduquée, je ne pouvais pas lui dire non ! ».

J’ai été choquée par ses propos et c’est à cet instant précis que j’ai fait le rapprochement avec l’histoire de Roméo et Juliette. Donc, oui, c’est prouvé, vérifié et validé, l’histoire de Roméo et Juliette se reproduit encore aujourd’hui !

Sarah Ichou

Sarah Ichou

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022