Les smartphones nous envahissent. On ne peut pas sortir de chez soi sans croiser quelqu’un avec un smartphone à la main. C’est vrai qu’avant, les kits mains libres ressemblaient à une vraie révolution et rendaient les gens complètement ridicules à parler tout seul dans la rue. Aujourd’hui ce sont les smartphones qui font notre richesse. « Si t’as pas de smartphone tu ressembles à rien », ceci pourrait être le slogan de notre début de siècle. Bien plus qu’un téléphone, le smartphone en lui-même devient un réel accessoire, on peut l’habiller, lui donner de la brillance. Certaines personnes assortissent leurs vêtements en fonction de la coque de leur smartphone !

Alors, bande de drogués,  je vous entends déjà crier « NOOOON !!!!», si je vous dis qu’en 2012 ces bijoux technologiques auront disparu. Finalement pourquoi pas ? Et si 2012 rimait avec tradition ?

Je  ne demande pas le retour du Minitel mais la guerre du plus beau smartphone doit s’arrêter avant qu’il ne soit trop tard. Tout était plus simple avant : on ne se cassait pas la tête à faire des mises à jour toutes les trois semaines. On peut s’acheter le téléphone le plus performant, mais deux mois après, un autre ressort avec trois fois plus de puissances et 15 nouveautés au compteur. Franchement ce n’était pas génial le temps où votre téléphone ne se contentait que du stricte minimum : le jeu du serpent.

Malheureusement, il serait juste impensable de vivre sans smartphone aujourd’hui. Du gamin de 12 ans à l’homme d’affaires dans la quarantaine, tous l’ont entre les mains. Le contact humain est rompu depuis belle lurette, et ça n’a pas l’air de déranger le monde entier…

Si, par le plus grand des hasards, tous les smartphones disparaissent et qu’on revenait au fameux Nokia 3310, nous serions tous perdus. On chercherait éperdument notre boîte aux lettres électronique et notre super appareil photo 6 mégapixels pour filmer et prendre des photos toutes les 3minutes, qui serviront ensuite à être publiées sur les réseaux sociaux afin de montrer à tous que nous sommes des gens sociables avec pleins d’amis, qu’on voyage, etc…

Ces  petits appareils, de plus en plus fins avec les années, régissent nos vies. Rien que pour faire la cuisine, un smartphone peut nous aider. Mais vous savez, les livres de recettes existent encore. D’ailleurs rien ne remplace un bon livre, j’ai testé il y a pas si longtemps la lecture sur smartphone : JUSTE IMPOSSIBLE.  Rien de tel que le plaisir de tourner les pages, les vraies pages.

En plus de nous aider au quotidien, le smartphone fait aussi lecteur mp3, appareil photo, navigateur internet. Tout est compressé en un seul appareil. Détenteur  d’un simple Siemens, votre vie n’est pas finie pour autant. Vous pouvez toujours allez faire vos courses normalement au supermarché, lire vos mails sur votre ordinateur, écouter de la musiques à la radio et prendre des clichés avec votre appareil photo. Bon, bien sûr, vous passerez pour un vieux ringard du 20e siècle …

Jessica Fiscal

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022