Les smartphones nous envahissent. On ne peut pas sortir de chez soi sans croiser quelqu’un avec un smartphone à la main. C’est vrai qu’avant, les kits mains libres ressemblaient à une vraie révolution et rendaient les gens complètement ridicules à parler tout seul dans la rue. Aujourd’hui ce sont les smartphones qui font notre richesse. « Si t’as pas de smartphone tu ressembles à rien », ceci pourrait être le slogan de notre début de siècle. Bien plus qu’un téléphone, le smartphone en lui-même devient un réel accessoire, on peut l’habiller, lui donner de la brillance. Certaines personnes assortissent leurs vêtements en fonction de la coque de leur smartphone !

Alors, bande de drogués,  je vous entends déjà crier « NOOOON !!!!», si je vous dis qu’en 2012 ces bijoux technologiques auront disparu. Finalement pourquoi pas ? Et si 2012 rimait avec tradition ?

Je  ne demande pas le retour du Minitel mais la guerre du plus beau smartphone doit s’arrêter avant qu’il ne soit trop tard. Tout était plus simple avant : on ne se cassait pas la tête à faire des mises à jour toutes les trois semaines. On peut s’acheter le téléphone le plus performant, mais deux mois après, un autre ressort avec trois fois plus de puissances et 15 nouveautés au compteur. Franchement ce n’était pas génial le temps où votre téléphone ne se contentait que du stricte minimum : le jeu du serpent.

Malheureusement, il serait juste impensable de vivre sans smartphone aujourd’hui. Du gamin de 12 ans à l’homme d’affaires dans la quarantaine, tous l’ont entre les mains. Le contact humain est rompu depuis belle lurette, et ça n’a pas l’air de déranger le monde entier…

Si, par le plus grand des hasards, tous les smartphones disparaissent et qu’on revenait au fameux Nokia 3310, nous serions tous perdus. On chercherait éperdument notre boîte aux lettres électronique et notre super appareil photo 6 mégapixels pour filmer et prendre des photos toutes les 3minutes, qui serviront ensuite à être publiées sur les réseaux sociaux afin de montrer à tous que nous sommes des gens sociables avec pleins d’amis, qu’on voyage, etc…

Ces  petits appareils, de plus en plus fins avec les années, régissent nos vies. Rien que pour faire la cuisine, un smartphone peut nous aider. Mais vous savez, les livres de recettes existent encore. D’ailleurs rien ne remplace un bon livre, j’ai testé il y a pas si longtemps la lecture sur smartphone : JUSTE IMPOSSIBLE.  Rien de tel que le plaisir de tourner les pages, les vraies pages.

En plus de nous aider au quotidien, le smartphone fait aussi lecteur mp3, appareil photo, navigateur internet. Tout est compressé en un seul appareil. Détenteur  d’un simple Siemens, votre vie n’est pas finie pour autant. Vous pouvez toujours allez faire vos courses normalement au supermarché, lire vos mails sur votre ordinateur, écouter de la musiques à la radio et prendre des clichés avec votre appareil photo. Bon, bien sûr, vous passerez pour un vieux ringard du 20e siècle …

Jessica Fiscal

Articles liés

  • Mort en prison de Sofiane Mostefaoui : pour sa famille, une peine inconsolable

    Dernier d'une fratrie de sept enfants, Sofiane Mostefaoui est décédé lors de son incarcération à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas en mars 2013 quelques semaines avant la fin de sa détention. Pour ses frères et sœurs, la version officielle du suicide se heurte aux incohérences du dossier. Huit ans après les faits, entre questions restées sans réponses et peine vive, ils témoignent d'une vie marquée par la disparition de leur frère.

    Par Meline Escrihuela
    Le 21/09/2021
  • Français d’origine sud-asiatique : sortir de la désillusion de la représentation

    Si ces dernières années le militantisme anti-raciste tente de combattre les discriminations et les violences que subit la communauté asiatique, qu’en est-il pour ceux appelés “Hindous”, ou “Pakistanais” par raccourci. Comment ces personnes invisibilisées tentent de se définir et de trouver l’équilibre. Les jeunes Desis de France se racontent. Témoignages.

    Par Amina Lahmar
    Le 20/09/2021
  • Tirs policiers à Stains : « je me suis vu mourir »

    Dans la nuit du 15 au 16 aout dernier, Nordine et sa compagne reçoivent près d'une dizaine de coups de feu à Stains, tirés par des policiers sans brassards, non identifiables. Près d'un mois après les faits, l'homme toujours choqué, se confie pour la première fois aux médias, pour le BB. Témoignage.

    Par Céline Beaury
    Le 16/09/2021