Le Parisien du 28 novembre en faisait son gros titre en consacrant ses pages 2 et 3 aux habitants des quartiers sensibles. On y rencontre les danseurs amateurs du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) qui « préfèrent brûler les planches ». Pedro, le chauffeur de bus qui n’a jamais été agressé. Laurent Berros, le grand rabbin de Sarcelles qui salue l’œcuménisme de sa cité. Joëlle, bénévole aux Restos du Cœur. Martha Marcello, l’immigrée haïtienne qui a chanté « l’Ode à la Joie » à la Grande-Borne, cité HLM de Grigny. Ils racontent tous « leur fierté de vivre ici, la solidarité, leur soif de reconnaissance, l’engagement des associations, leurs initiatives, leurs espoirs ». 

Cela désespère Jamal, le tenancier du kiosque de la Place Nicole-Neuburger: « Vous savez, toutes les personnes interrogées étaient sous pression. La communication a pris le dessus sur l’information. On crée par microcosme interposé, sans aucun lien entre eux, des services de renseignement virtuel. On croit ainsi savoir ce qui se passe ailleurs, mais toutes les informations ont été au préalable filtrées. » Entre le Wall Street Journal qui titrait « Zone de guerre » et Le Parisien de lundi, j’aimerais trouver un message métissé, un Bondy ni tout noir, ni tout blanc, un message à tête reposée. Insh’allah.

Par Blaise Hofmann

Blaise Hofmann

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022