Le Parisien du 28 novembre en faisait son gros titre en consacrant ses pages 2 et 3 aux habitants des quartiers sensibles. On y rencontre les danseurs amateurs du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) qui « préfèrent brûler les planches ». Pedro, le chauffeur de bus qui n’a jamais été agressé. Laurent Berros, le grand rabbin de Sarcelles qui salue l’œcuménisme de sa cité. Joëlle, bénévole aux Restos du Cœur. Martha Marcello, l’immigrée haïtienne qui a chanté « l’Ode à la Joie » à la Grande-Borne, cité HLM de Grigny. Ils racontent tous « leur fierté de vivre ici, la solidarité, leur soif de reconnaissance, l’engagement des associations, leurs initiatives, leurs espoirs ». 

Cela désespère Jamal, le tenancier du kiosque de la Place Nicole-Neuburger: « Vous savez, toutes les personnes interrogées étaient sous pression. La communication a pris le dessus sur l’information. On crée par microcosme interposé, sans aucun lien entre eux, des services de renseignement virtuel. On croit ainsi savoir ce qui se passe ailleurs, mais toutes les informations ont été au préalable filtrées. » Entre le Wall Street Journal qui titrait « Zone de guerre » et Le Parisien de lundi, j’aimerais trouver un message métissé, un Bondy ni tout noir, ni tout blanc, un message à tête reposée. Insh’allah.

Par Blaise Hofmann

Blaise Hofmann

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021