Le Parisien du 28 novembre en faisait son gros titre en consacrant ses pages 2 et 3 aux habitants des quartiers sensibles. On y rencontre les danseurs amateurs du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) qui « préfèrent brûler les planches ». Pedro, le chauffeur de bus qui n’a jamais été agressé. Laurent Berros, le grand rabbin de Sarcelles qui salue l’œcuménisme de sa cité. Joëlle, bénévole aux Restos du Cœur. Martha Marcello, l’immigrée haïtienne qui a chanté « l’Ode à la Joie » à la Grande-Borne, cité HLM de Grigny. Ils racontent tous « leur fierté de vivre ici, la solidarité, leur soif de reconnaissance, l’engagement des associations, leurs initiatives, leurs espoirs ». 

Cela désespère Jamal, le tenancier du kiosque de la Place Nicole-Neuburger: « Vous savez, toutes les personnes interrogées étaient sous pression. La communication a pris le dessus sur l’information. On crée par microcosme interposé, sans aucun lien entre eux, des services de renseignement virtuel. On croit ainsi savoir ce qui se passe ailleurs, mais toutes les informations ont été au préalable filtrées. » Entre le Wall Street Journal qui titrait « Zone de guerre » et Le Parisien de lundi, j’aimerais trouver un message métissé, un Bondy ni tout noir, ni tout blanc, un message à tête reposée. Insh’allah.

Par Blaise Hofmann

Blaise Hofmann

Articles liés

  • Des JO et des Juges : les vendeurs à la sauvette dans le viseur

    À l'approche des Jeux Olympiques, consigne a été donnée de nettoyer l'espace public. Une directive qui a forcément des conséquences sur les juridictions. Jusqu'à l'ultime épreuve, le BB chronique le quotidien du tribunal de Bobigny. Dans ce premier numéro, il est question des vendeurs à la sauvette. Poussés par la faim, ils reviennent inlassablement dans la rue malgré les arrestations et les condamnations.

    Par Meline Escrihuela
    Le 27/02/2024
  • Région Île-de-France : les coups de pouce aux lycées privés ne passent pas

    Les révélations en cascade au sujet du lycée Stanislas ont remis sur la table la question du financement des établissements privés par les deniers publics. À l’échelle de la région Île-de-France, les fonds consacrés à cet établissement, et au privé en général, interrogent.

    Par Imane Lbakhar
    Le 26/02/2024
  • Série – Musulman(e)s & Citoyen(ne)s

    Séparatisme, communautarisme… On ne compte plus les anathèmes lancés à la communauté musulmane. Pourtant, de nombreux citoyens, pleinement français et fièrement musulmans, s’engagent quotidiennement pour le « bien commun », mus entre autres par leur foi. Dans cette série, nous mettons en avant quatre jeunes engagé(e)s de confession musulmane. Une série signée Ayoub Simour.

    Par Bondy Blog
    Le 23/02/2024