Le Parisien du 28 novembre en faisait son gros titre en consacrant ses pages 2 et 3 aux habitants des quartiers sensibles. On y rencontre les danseurs amateurs du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) qui « préfèrent brûler les planches ». Pedro, le chauffeur de bus qui n’a jamais été agressé. Laurent Berros, le grand rabbin de Sarcelles qui salue l’œcuménisme de sa cité. Joëlle, bénévole aux Restos du Cœur. Martha Marcello, l’immigrée haïtienne qui a chanté « l’Ode à la Joie » à la Grande-Borne, cité HLM de Grigny. Ils racontent tous « leur fierté de vivre ici, la solidarité, leur soif de reconnaissance, l’engagement des associations, leurs initiatives, leurs espoirs ». 

Cela désespère Jamal, le tenancier du kiosque de la Place Nicole-Neuburger: « Vous savez, toutes les personnes interrogées étaient sous pression. La communication a pris le dessus sur l’information. On crée par microcosme interposé, sans aucun lien entre eux, des services de renseignement virtuel. On croit ainsi savoir ce qui se passe ailleurs, mais toutes les informations ont été au préalable filtrées. » Entre le Wall Street Journal qui titrait « Zone de guerre » et Le Parisien de lundi, j’aimerais trouver un message métissé, un Bondy ni tout noir, ni tout blanc, un message à tête reposée. Insh’allah.

Par Blaise Hofmann

Blaise Hofmann

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021