J’ai lu l’essai de Fatima Ouassak, La puissance des mères, en une après-midi. Tandis que je buvais ces lignes un samedi morose, j’avais l’impression de la revoir aux tribunes des nombreuses conférences ou rassemblements militants auxquels j’ai assisté, souvent parce qu’elle figurait parmi les intervenant·e·s. Très impressionnée par sa capacité rhétorique, sa verve implacable et sa détermination absolue à dire tout ce qu’elle était venue dire, sans concession aucune.

En me rendant compte que Fatima Ouassak avait les mêmes initiales que Force Ouvrière, je me suis demandé si ça ne l’avait pas prédestiné à s’investir dans les luttes pour les classes populaires. Chassant cette pensée fantaisiste de mon esprit divaguant, je me suis dit que c’était plutôt le fait qu’elle soit née sur une terre de résistance, le Rif au nord du Maroc, qu’elle ait grandi en Seine-Saint-Denis et qu’elle continue d’y vivre actuellement.

En l’écoutant, je me sens puissante, je me sens réinvestie de mon pouvoir politique, que l’on m’a confisqué depuis toujours…

Une des premières fois que je vu Fatima Ouassak, elle était juchée sur une paire d’escarpins roses de quinze centimètres de haut, elle parlait avec passion du pouvoir à reconquérir, lors d’un rassemblement en l’honneur des femmes en luttes tandis qu’un homme dans la cabine régie lui faisait désespérément signe pour qu’elle conclut. Le régisseur a fini par baisser les bras : il faut se lever tôt pour retirer le micro à Fatima Ouassak.

En l’écoutant, je me sens puissante, je me sens réinvestie de mon pouvoir politique, que l’on m’a confisqué depuis toujours en tant que descendante de l’immigration nord-africaine, qui a juste le droit de remercier d’avoir été accueillie dans un pays développé : Mashallah.


« Pour un nouveau sujet révolutionnaire ». Tel est le sous-titre de l’essai de Fatima Ouassak, sorti le 27 août 2020. 

Dans cet essai, comme le titre et le sous-titre l’indiquent, il s’agit de réhabiliter le pouvoir des mères et d’en faire un sujet révolutionnaire. Ce que souhaite avant tout cette politologue de formation, c’est qu’on sorte du registre émotionnel quand on écoute, quand on daigne prêter l’oreille aux revendications de ce groupe social très hétérogène, mais qui a un certain nombre d’oppression en commun.

Une entrée en maternité qui donne le ton pour le reste de la vie de mère : tu n’as pas ton mot à dire.

Pour commencer, les violences obstétricales. Fatima Ouassak mobilise son propre vécu pour illustrer cette question, car il ne s’agit pas d’entrer dans ces questions par la voie désincarnée des statistiques (bien que l’auteure en convoque régulièrement). Les anecdotes évoquées, ancrées dans le réel mais jamais impudiques, résonnent avec de nombreux témoignages qui révèlent au grand jour depuis quelques temps, ce phénomène dévastateur. Une entrée en maternité qui donne le ton pour le reste de la vie de mère : tu n’as pas ton mot à dire.

La politologue est la co-fondatrice du collectif et syndicat de parents d’élèves « Front de mères », issus des quartiers populaires (photographie © Front de mères).

Or Fatima Ouassak en a décidé autrement, et veut qu’il en soit de même pour toutes celles qui désirent réinvestir un rôle politique dans leur condition de mère.

A l’école notamment, où l’essayiste relate son combat écologiste pour retirer la viande des assiettes de ses enfants. Taxée alors d’entrisme et soupçonnée de dissimuler des revendications religieuses derrière des discours écologistes, elle lutte inlassablement avec d’autres parents jusqu’à obtenir l’alternative végétarienne.

Dans les logements, pour réparer des ascenseurs systématiquement en panne dans l’indifférence du bailleur et qui condamnent à l’assignation à résidence les locataires les plus fragiles. Fatima Ouassak raconte souvent comment la mobilisation des habitant·e·s a fait plier le bailleur social qui se résigne à faire réparer et entretenir les ascenseurs.

Comment protéger nos enfants ? Voilà la question principale de l’essai de Fatima Ouassak.

Dans les quartiers, pour lutter contre les violences, notamment celles qui émanent de l’institution policière qui a emporté bon nombre d’enfants dont les visages souriants et ô combien juvéniles tapissent les murs des cités, vestiges d’un dernier hommage sur une fresque qui décrépit.

Comment protéger nos enfants ? Voilà la question principale de l’essai de Fatima Ouassak, qui se veut presque un manuel de résistance, inscrit dans les luttes de l’immigration que l’essayiste prend soin de raviver au fil de son argumentaire. Car, bien qu’elles soient souvent invisibilisées ou méprisées, ces luttes sont l’héritage direct des luttes actuelles. De Djamila Bouhired aux mères surnommées « les folles de la place de Mai », en passant par Fatiha Damiche, Fatima Ouassak tient à rappeler l’ancrage des combats émanant des quartiers populaire, un ancrage viscéralement féminin.


 Fatima Ouassak, invitée sur France Culture le 3 septembre 2020, pour évoquer les différentes violences symboliques ou matérielles auxquelles les mères se trouvent confrontées. 

 

C’est de cette approche féministe de la lutte que l’essayiste se revendique, alors qu’un certain nombre de ses détracteurs lui réfutent cette filiation, lui reprochant d’essentialiser les femmes dans leur rôle de mère.

Un ouvrage nécessaire, pour donner des outils de réflexion mais également des suggestions concrètes.

Or loin de remettre en question les acquis des mouvements féministes qui ont imposé la scission entre le fait d’être femme et le fait d’être mère (on ne les remerciera jamais assez), la politologue part simplement d’une réalité concrète : à l’heure actuelle, et bien qu’elle appelle de ses vœux que cela soit le prochain changement significatif du féminisme, aujourd’hui ce sont encore les femmes qui ont à charge la majeure partie des tâches concernant les enfants.

C’est pourquoi Fatima tenait à écrire cet essai, un ouvrage nécessaire, pour donner des outils de réflexion mais également des suggestions concrètes : l’ancrage local, la lutte en collectif, l’importance de la transmission, la réappropriation du territoire, aux mères de tous les groupes sociaux, mais particulièrement à celles des quartiers populaires, qui sont les plus fragilisées afin qu’enfin, elles puissent agir efficacement pour protéger leurs enfants.

L’ère des mamans dociles qui apportent amoureusement les petits gâteaux de la kermesse est révolue, nous fêtons l’avènement du dragon venu cracher le feu de la justice sociale. Tremblez, dominants de toutes les espèces.

« La puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire », aux éditions de La Découverte.

Photographie à la Une : Carole Lozano pour les éditions de La Découverte.

Sarah Belhadi

Articles liés

  • Mort de Mahamadou Fofana : la famille ne croit pas à la version policière

    Dans la nuit de 13 au 14 septembre, Mahamadou Fofana est décédé à Bougival (Yvelines), l’homme de 35 ans est le cousin germain d’Adama Traoré. Selon la police il se serait noyé après s’être jeté dans la Seine pour échapper à une interpellation. Cette version, la famille n’y croit pas. Dès lundi ils ont lancé un appel à témoins sur les réseaux sociaux pour tenter de comprendre ce qu’il s’est passé la nuit du drame. Ce mercredi matin, la famille et ses proches ont eu accès au corps du défunt.

    Par Céline Beaury
    Le 16/09/2020
  • « Notre corps, nous mêmes » : le livre qu’il nous manquait

    "Notre corps, nous mêmes" est un ouvrage féministe, collectif qui se veut utile à toutes les femmes pour leur permettre d'avancer et de se comprendre dans une société où la lutte féministe se redéssine. Eva Fontenelle a rencontré deux des co-autrices qui racontent la genèse du projet.

    Par Eva Fontenelle
    Le 14/09/2020
  • L’épidémie emporte Aïcha Issadounène, figure de Carrefour Saint-Denis

    #BestofBB Caissière au magasin Carrefour de Saint-Denis depuis près de trente ans, Aïcha Issadounène est décédée jeudi 26 mars, atteinte du Covid-19. A Saint-Denis, tous ceux qui l’ont croisée pleurent une femme dévouée et bienveillante. Et rappellent son combat, tristement mis en lumière aujourd’hui, pour la protection des salariés de l’enseigne.

    Par Hassan Loughlimi
    Le 04/09/2020