Déjà trois ans que les Molenbeek girls prouvent que le foot n’est pas un sport réservé à la gente masculine. Aujourd’hui, le club compte 120 joueuses entre 6 et 35 ans. Cinq équipes jouent en compétition et trois autres en amateur. Chaque mardi et vendredi, l’équipe P3 s’entraîne avec l’objectif de gagner leur match du samedi. Les filles continuent à se défouler sur le terrain malgré les préjugés sur leur commune…
« On nous criait : voilà les terroristes qui arrivent »
Pratiquer du football n’est pas évident pour une fille, encore moins dans une commune considérée comme le nid de la terreur. Ces derniers mois, l’image de Molenbeek été ternie suite aux attentats de Paris. Les joueuses du FC Molenbeek en ont subi les conséquences. « Certains matchs ont été annulés et plusieurs filles n’osaient plus venir à l’entraînement » raconte Ramzi, coach du club.
httpv://youtu.be/EQfcRb21_Wg
Un reportage vidéo de Florine Lorquet et Margaux Schild du Bruxelles Bondy Blog

Articles liés

  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021