Déjà trois ans que les Molenbeek girls prouvent que le foot n’est pas un sport réservé à la gente masculine. Aujourd’hui, le club compte 120 joueuses entre 6 et 35 ans. Cinq équipes jouent en compétition et trois autres en amateur. Chaque mardi et vendredi, l’équipe P3 s’entraîne avec l’objectif de gagner leur match du samedi. Les filles continuent à se défouler sur le terrain malgré les préjugés sur leur commune…
« On nous criait : voilà les terroristes qui arrivent »
Pratiquer du football n’est pas évident pour une fille, encore moins dans une commune considérée comme le nid de la terreur. Ces derniers mois, l’image de Molenbeek été ternie suite aux attentats de Paris. Les joueuses du FC Molenbeek en ont subi les conséquences. « Certains matchs ont été annulés et plusieurs filles n’osaient plus venir à l’entraînement » raconte Ramzi, coach du club.
httpv://youtu.be/EQfcRb21_Wg
Un reportage vidéo de Florine Lorquet et Margaux Schild du Bruxelles Bondy Blog

Articles liés

  • Grève des sans-papiers : « On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! »

    En Île-de-France, près de 300 travailleurs sans-papiers ont entamé une grève face à un système d'emploi qui pousse à l'exploitation durable sans régularisation. Une main d'oeuvre pas chère, qui subit des cadences toujours plus difficiles dans des secteurs clés de la vie quotidienne. Reportage.

    Par Olorin Maquindus
    Le 27/10/2021
  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021